Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Porto Rico : les manifestations appellent à la démission du gouverneur après les "Rickyleaks"

Porto Rico : les manifestations appellent à la démission du gouverneur après les "Rickyleaks"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Il y a des propos qui ne passent pas. Ceux du gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, sur l'application Telegram, en sont un exemple criant.

Des journalistes d'investigation ont révélé près de 900 pages de messages écrits, dans lesquels le représentant de la plus haute autorité de l’Etat associé aux Etats-Unis tient des propos sexistes et homophobes avec des membres de son cabinet.

Des "Rickyleaks" qui suscitent une colère gigantesque sur l'île. Depuis samedi 13 juillet, des milliers de manifestants, emmenés par des artistes tels que le chanteur Ricky Martin, visé par ces messages, sont dans la rue pour réclamer la démission de Ricardo Rossello.

Dans le document révélé par le Centre de journalisme d’investigation, le gouverneur se moque même ouvertement des cadavres laissés par l’ouragan Maria, qui a dévasté l’île en 2017, faisant 3 000 morts.

Les protestataires ont aussi dit leur colère après la mise en cause de personnalités de l'entourage du gouverneur pour corruption.

Le président américain Donald Trump, dont les relations sont très tendues avec Ricardo Rossello, s'est invité dans l'affaire jeudi.

"Beaucoup de mauvaises choses sont en train de se passer à Porto Rico. Le gouverneur est assiégé, la maire de San Juan est une personne incompétente et méprisable à laquelle je ne ferais en aucun cas confiance, et le Congrès des Etats-Unis a bêtement donné 92 milliards de dollars d'aide après l'ouragan, dont beaucoup ont été dilapidés ou gaspillés", a-t-il tweeté.

"Ricky" croit en une "réconciliation"

Si plusieurs membres de son cabinet ont déjà démissionné, Ricardo Rosselló, élu gouverneur le jour du triomphe de Donald Trump, le 8 novembre 2016, refuse, pour l'heure, de le faire.

"Les manifestations qui ont eu lieu ne sont pas passées inaperçues", a déclaré jeudi le gouverneur dans un communiqué.

"Je suis conscient du défi qui se présente à moi en raison des récentes controverses", a-t-il ajouté, "mais je crois profondément qu'il est possible de rétablir la confiance et que nous pourrons, après ce processus pénible et douloureux, parvenir à une réconciliation".