Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Des centaines d'arrestations lors d'une manifestation à Moscou

Des centaines d'arrestations lors d'une manifestation à Moscou
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Plus de 600 manifestants arrêtés ce samedi à Moscou : nombreuses sont les personnes qui ont été arrêtées même avant la manifestation. Ce rendez-vous, ce sont les opposants qui l'avaient à nouveau convoqué, pour réclamer des élections libres, moins d'une semaine après un rassemblement sans précédent depuis ceux de 2012 contre la réélection de Poutine.

"C'est le chaos, on est privé de notre choix, nous explique Vladislav, alors on descend dans la rue, parce que on a pas d'autre choix. C'est la peur de gens simples qui sont au sommet, ils ont peur de nous. Au lieu de prendre les bonnes décisions, ils font tout à l'envers. Je pense que si nous sommes un peu plus nombreux ils ne pourront pas nous repousser."

"Comment je peux voter pour des gens s'ils n'ont pas le droit de se présenter ?, s'écrie Michail, Je veux voter pour mon candidat."

La police a empêché les manifestants de rejoindre la mairie de la capitale, avenue Tverskaya. "Les gens crient "rendez nous les élections", explique notre correspondante à Moscou, Galina Polonskaya. L'accès à l'avenue Tverskaya est bloqué. Mais rien qu'ici, dans cette petite rue, il y a 500 personnes."

Aleksey Tolenkov, le visage ensanglanté, est le député de Narofominsk, une ville proche de Moscou : son objectif, être ici pour voir si les droits de l'Homme sont respectés.

"La police a commencé à charger, à renverser plusieurs personnes en leur frappant les jambes, c'est pour cela que je suis comme ça."

Le 8 septembre prochain, il y aura des élections locales en Russie. A cette occasion beaucoup de candidatures ont été rejetées, officiellement en raison de vices dans la collecte des signatures nécessaires pour se présenter. Les candidats écartés dénoncent une pratique pour étouffer l'opposition.