Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Manifestations à Moscou : "C'est une surprise qu'autant de manifestants soient venus" (opposition)

Manifestations à Moscou : "C'est une surprise qu'autant de manifestants soient venus" (opposition)
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des manifestants battus par les forces anti-émeutes en plein coeur de Moscou... Ce samedi, la violence semble avoir atteint un point de non-retour en Russie.

Le rassemblement n'avait pas été autorisé. Malgré tout, 3000 Moscovites sont descendus dans la rue, pour dénoncer le rejet des candidatures indépendantes en vue des élections locales de septembre, qui s'annoncent compliquées pour les candidats soutenant le pouvoir.

1 400 personnes ont été arrêtées. Parmi eux, Dmitry Gudkov, l'un des leaders de l'opposition, qui a ensuite été libéré.

"Cela a été une surprise qu'autant de manifestants soient venus. Des dizaines de milliers de personnes qui n'avaient peur de rien, qui sont descendues dans les rues parce qu'ils se sentent citoyens à part entière", a-t-il déclaré.

L'ambassade des Etats-Unis en Russie a dénoncé l'usage "disproportionné de la force policière". Et l'Union européenne a fustigé cette vague d'arrestations.

Dimanche dernier déjà, 22 000 personnes avaient manifesté dans la capitale. Du jamais vu depuis la contestation de 2012 contre le président russe Vladimir Poutine.

Alexei Navalny hospitalisé en prison

Cette fois, la police avait pris les devants, en arrêtant dès mercredi l'opposant numéro 1 au Kremlin Alexei Navalny, qui appelait à manifester de nouveau. Il a été condamné à 30 jours de prison.

Sa porte-parole annonce que l'opposant à Vladimir Poutine a été hospitalisé ce dimanche, à la suite d'une allergie. Sur Twitter, elle explique qu'Alexei Navalny avait pour symptômes "un visage enflé et la peau rouge".

Elle ajoute que l'origine de cette allergie est pour l'heure inconnu et assure qu'Alexei Navalny n'a jamais souffert d'allergie de toute sa vie.