PUBLICITÉ

L'ONU va enquêter sur des raids aériens dans le nord-ouest de la Syrie

L'ONU va enquêter sur des raids aériens dans le nord-ouest de la Syrie
Tous droits réservés  REUTERS/Brendan McDermid
Tous droits réservés  REUTERS/Brendan McDermid
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ONU va enquêter sur plusieurs raids aériens dans le nord-ouest de la Syrie qui ont touché certaines installations soutenues par les Nations unies ainsi que des sites civils, a indiqué jeudi le secrétaire général Antonio Guterres, provoquant l'ire de la Russie.

PUBLICITÉ

L'ONU va enquêter sur plusieurs raids aériens dans le nord-ouest de la Syrie qui ont touché certaines installations soutenues par les Nations unies ainsi que des sites civils, a indiqué jeudi le secrétaire général Antonio Guterres, provoquant l'ire de la Russie.

"J'espère que la situation actuelle, dramatique, va prendre fin", a-t-il déclaré à des journalistes, en référence aux raids aériens.

Depuis avril, ces bombardements, par le régime syrien et son allié russe, sur la province d'Idleb, la dernière zone d'importance aux mains des jihadistes, ont entraîné la mort de 780 civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"L'enquête couvrira la destruction ou les dommages causés aux installations situées dans la zone démilitarisée et aux sites soutenus par l'ONU", a indiqué un porte-parole du secrétaire général.

Antonio Guterres invite "toutes les parties concernées à coopérer" avec les enquêteurs, a-t-il ajouté.

La colère de Moscou

L'adjoint de l'ambassadeur de Russie auprès des Nations unies, Dmitry Polyanskiy, a critiqué cette enquête, dénonçant les allégations selon lesquelles le pouvoir syrien et la Russie auraient une responsabilité dans ces incidents et les qualifiant de "fausses informations" ("fake news").

Pour lui, cette enquête "vise à accuser la Syrie et la Russie de choses qu'elles n'ont pas faites".

Antonio Guterres a aussi dit espérer qu'un cessez-le-feu auquel a consenti le pouvoir syrien jeudi, sous réserve du maintien d'une zone démilitarisée russo-turque, puisse durer.

Le conflit syrien a causé la mort de plus de 370 000 personnes et fait des millions de déplacés depuis 2011.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Plusieurs Etats-membres de l'ONU réclament la fin des attaques en Syrie

Syrie : les raids aériens se poursuivent dans la région d'Idleb

Syrie : les casques blancs mènent les opérations de secours à Idlib