Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Nouvelle tentative de traversée de la Manche pour Franky Zapata sur son Flyboard

Franky Zapata sur son Flyboard à Sangatte, en France, le 25 juillet 2019
Franky Zapata sur son Flyboard à Sangatte, en France, le 25 juillet 2019 -
Tous droits réservés
Denis Charlet / AFP
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Franky Zapata va-t-il réussir son pari ce dimanche ? L'homme volant va en effet retenter de traverser la Manche sur son Flyboard, une semaine après l'échec de sa première tentative. L'électronique et les moteurs de l'engin, endommagés lors de sa chute, ont été réparés ces derniers jours dans l'atelier du Marseillais de 40 ans.

Franky Zapata va normalement décoller le 4 août dans la matinée près de la plage de Sangatte, dans le nord de la France. Et si tout se passe comme l'espère l'homme volant, il devrait se poser 20 minutes plus tard, côté anglais, à St Margaret's Bay. Avec en point de mire, la phase de ravitaillement à mi-parcours qui lui a été fatale le 25 juillet dernier. Il avait chuté après avoir heurté à très faible allure la plateforme du bateau sur lequel il devait normalement refaire le plein de kérosène alimentant les cinq mini-turboréacteurs de son planche. La carburant, stocké dans le dos du "surfeur volant", n'autorise pas plus de 10 minutes d'autonomie à la vitesse de 190 km/h.

Ce dimanche Zapata et son équipe ont choisi d'effectuer le ravitaillement sur un plus gros bateau, un remorqueur. La manœuvre aura lieu dans les eaux territoriales françaises et non anglaises comme lors du premier essais infructueux.

Un rival pour Zapata ?

De l'autre côté du Channel, un britannique a relevé cette semaine le pari qu'il s'était fixé avec un engin tout aussi étonnant que celui du Français. Richard Browning, équipé de sa combinaison dotée de cinq réacteurs, a en effet réussi à se poser le 30 juillet dernier sur un navire de la Royal Navy qui croisait à plus de 40 km/h sur la Solent, le bras de mer séparant l’Ile de Wight du reste de l'Angleterre.

Pour l'heure, celui qu'on surnomme "Ironman" outre-Manche n'a pas indiqué s'il allait tenter, lui-aussi un jour, de jouer les funambules au-dessus des eaux séparant le Royaume-Uni et la France.