Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'avenir des peuples autochtones est-il menacé ?

L'avenir des peuples autochtones est-il menacé ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En cette Journée internationale des peuples autochtones, l'avenir de ces derniers semble peu à peu s'assombrir, car leurs territoires sont en danger.

Les Nations Unies ont mis en garde contre les menaces qui pèsent sur ces populations.

En Amazonie, au Brésil, le gouvernement de Jair Bolsonaro, préconise la libéralisation des lois environnementales pour permettre l'exploitation économique de l'environnement. Il a même dernièrement nié l'avancée de la déforestation dans les zones protégées.

Pour les défenseurs de ces peuples, les politiques de l'exécutif brésilien contribuent, parfois littéralement, à l'extermination des communautés autochtones.

Eliane Potiguara, écrivaine et militante des droits indigènes explique : "Pour moi, c'est le néo-fascisme qui est arrivé au Brésil. Et cette politique qu'ils créent est une politique d'extermination, de génocide. Est-ce que ça se répète encore une fois !? Pour moi, le gouvernement Bolsonaro est un gouvernement génocidaire."

Selon les données révélées par la Banque mondiale, un cinquième de toute la surface des terres dans le monde fait partie des territoires autochtones. Dans cette petite partie de la planète se concentrent 80% de la biodiversité terrestre. Les populations résidentes vivent en tant que gardiens de la nature, en conservant des techniques anciennes de préservation de l'environnement.

Un phénomène également observé en Europe, où la plupart des tribus sont concentrées dans la région arctique.

Federica Mogherini met toutefois en garde contre la pauvreté, la violence et les effets disproportionnés de la crise climatique à laquelle les communautés sont soumises. Dans une déclaration, la chef de la diplomatie européenne a réitéré l'engagement de l'Union à promouvoir et à défendre les langues et cultures autochtones.

Toutes les deux semaines, une langue indigène disparaît dans le monde.

Aujourd'hui plus de 90 pays abritent environ 370 millions de personnes appartenant à des tribus autochtones.

Plus de 5 000 cultures que la communauté internationale reconnaît comme importantes à préserver, mais à qui elle n'a pas été en mesure de garantir la défense des droits humains.