Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Allemagne : une centrale nucléaire détruite en "douceur"

Allemagne : une centrale nucléaire détruite en "douceur"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Comme un château de cartes ! La tour de refroidissement de la centrale nucléaire de Mülheim-Kärlich, dans l'ouest de l'Allemagne, a été démolie le 9 août dernier sans le moindre explosif. Deux engins télécommandés ont littéralement sectionné une dizaine de piliers à la base de la tour. Privée d'une partie de son maintien, elle s'est effondrée, gravité oblige. Des entailles avaient été également pratiquées dans la structure de l'édifice pour favoriser sa chute.

La tour, haute à l'origine de 160 mètres, avait été progressivement "grignotée" depuis l'été 2018 par une pince spécialement conçue pour cette opération. C'est après avoir perdu la moité de sa hauteur que les préparatifs de sa démolition définitive ont pu être lancés. Ce vendredi, plus de 15 000 tonnes se sont ainsi retrouvées au sol.

L'histoire de cette centrale, située non loin de Coblence dans le land de Rhénanie-Palatinat, est celle d'un fiasco industriel. Ce n'est que 12 ans après les premiers coups de pioche, que la centrale de Mülheim-Kärlich injecte ses premiers kilowatts dans le réseau allemand en août 1987. Mais quelques mois plus tard, coup de théâtre. Une décision de justice fait fermer le site en septembre 1988, pointant du doigt des irrégularités dans le permis de construire.

De nombreuses voix s’étaient aussi élevées, dès le projet lancé, pour dénoncer la construction de cette centrale nucléaire dans un environnement où le risque sismique ne pouvait être ignoré.

L'Allemagne s'est engagée, après la catastrophe de Fukushima en 2011, à sortir définitivement du nucléaire d’ici à 2022.