Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Des microplastiques découverts dans la banquise de l'Arctique

Copyright REUTERS
Copyright REUTERS
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Des fragments de micro-plastique ont été trouvés dans des échantillons de glace prélevés dans une partie reculée de l'Arctique canadien. Cette découverte témoigne de l'ampleur de la propagation de la pollution sur la planète.

Ces morceaux de plastique ont été découverts dans des carottes de glace forées dans l'Arctique par une équipe de scientifiques. Les chercheurs ont découvert que le plastique était beaucoup plus abondant dans les glaces que dans les eaux environnantes, ce qui suggère que la glace agit comme un filtre pour les particules arrivant sur les masses d'air ou les courants marins.

Brice Loose, océanographe à l'Université de Rhode Island et scientifique en chef de l'expédition intitulée Northwest Passage Project, évoque une quantité de plastique "marquante", qui a "choqué" les scientifiques.

L'océanogrpahe Brice Loose - Reuters

« Les perles, semblables aux microbilles qui apparaissent dans le shampooing et les gommages exfoliants pour le corps, étaient très abondantes dans la glace, beaucoup plus abondantes que dans l'eau », a-t-il rapporté lors d'une émission de radio scientifique Science Friday.

Les scientifiques ont découvert que le matériau emprisonné dans la glace provenait du détroit de Lancaster, un plan d’eau isolé qui semblait relativement à l’abri de la pollution plastique à la dérive.

Consternation

Les chercheurs ont mené un expédition du 18 jours dans le passage dangereux du Nord-Ouest - qui relie les océans Pacifique et Atlantique - à bord d'un bateau brise-glace. Un hélicoptère a été nécessaire pour se poser à proximité des 18 carottes de glace dessinées par les scientifiques dans la banquise, d'une profondeur maximale de deux mètres. Des perles de plastique et des filaments de tailles et de formes variés y ont été observés.

Le plastiques était facile à observer - REUTERS

"Nous avions passé des semaines à regarder ce qui s'apparente à une glace de mer blanche immaculée flottant sur l'océan", a déclaré Jacob Strock, chercheur diplômé à l'Université de Rhode Island, qui a procédé à une analyse initiale des carottes.

"Lorsque nous examinons cela de près avec les bons outils et que nous constatons que tout est très visiblement contaminé, on a l'impression de prendre un coup de poing dans l'intestin", a-t-il déclaré à Reuters.

La consternation des scientifiques rappelle celle ressentie par les explorateurs qui ont découvert des déchets plastiques dans la fosse Marianas de l'océan Pacifique, l'endroit le plus profond de la Terre, lors de plongées sous-marines plus tôt cette année.

100 millions de tonnes de plastique dans les océans

Le projet du passage du Nord-Ouest vise principalement à étudier l'impact du changement climatique provoqué par l'homme sur l'Arctique, dont le rôle en tant que système de refroidissement de la planète est compromis par la disparition rapide de la glace de mer estivale.

Ces fragments de plastique ont servi à mettre en lumière la proportion épidémique prise par l'absence de gestion des déchets. Les Nations Unies estiment que 100 millions de tonnes de plastique ont été déversés dans les océans à ce jour.

Les chercheurs ont déclaré que la glace échantillonnée avait l'air d'avoir au moins un an et qu'elle avait probablement dérivé dans le détroit de Lancaster à partir de régions plus centrales de l'Arctique.

L'équipe prévoit de soumettre le plastique récupéré à une analyse plus poussée afin de comprendre les dommages causés par le plastique aux poissons, aux oiseaux de mer et aux grands mammifères marins tels que les baleines.

Financée par la National Science Foundation et la Heising-Simons Foundation aux États-Unis, l'expédition réalisée à bord du brise-glace suédois The Oden s'est déroulée du 18 juillet au 4 août et a couvert quelque 2 000 milles marins, soit près de 4000 km.