Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Pollution : des micro-plastiques dans la banquise en Arctique, un fléau pour la faune

Pollution : des micro-plastiques dans la banquise en Arctique, un fléau pour la faune
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

On savait ses glaces menacées par le réchauffement climatique, mais un autre fléau menace la banquise. Produit de la sur-consommation humaine, des morceaux de plastique, sous forme de petites billes, appelées micro-plastiques, sont transportés par les airs.

Les chercheurs ont mené un expédition du 18 jours dans le passage dangereux du Nord-Ouest - qui relie les océans Pacifique et Atlantique - à bord d'un bateau brise-glace. Un hélicoptère a été nécessaire pour se poser à proximité des 18 carottes de glace dessinées par les scientifiques dans la banquise, d'une profondeur maximale de deux mètres.

10 000 particules par litre

Une quantité de plastique "choquante" pour les scientifiques a été découverte ; plus de 10 000 particules par litre.

Après analyse au microscope, des fibres synthétiques, des fragments de pneus en caoutchouc, de vernis, ou de peinture ont été retrouvés.

Northwest Passage Project/Camera: Duncan Clark

Les chercheurs ont découvert que le plastique était beaucoup plus abondant dans les glaces que dans les eaux environnantes, ce qui suggère que la glace agit comme un filtre pour les particules arrivant sur les masses d'air ou les courants marins.

Pollution dévastatrice pour la faune

Selon le Docteur Melanie Bergmann, scientifique à l'Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine, "quelques espèces font une réaction inflammatoire, pour d'autres, cela altère leur taux de croissance ou de reproduction. Chez d'autres encore, on constate un taux de mortalité en hausse."

L'équipe prévoit désormais une analyse plus poussée pour mieux comprendre l' impact des micro-plastiques sur les animaux.