Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Groenland : "pas de crise" entre le Danemark et les Etats-Unis

Groenland : "pas de crise" entre le Danemark et les Etats-Unis
Tous droits réservés
عکس از رویترز
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'annonce de Donald Trump a provoqué de la "surprise et de la contrariété, mais pas de crise entre les deux pays". C'est ce qu'a déclaré la première ministre danoise, Mette Frederiksen, après la décision du président américain d'annuler sa visite au Danemark.

"Cela ne change en rien le bon caractère de nos relations, et nous allons bien sûr poursuivre le dialogue avec les Etats-Unis sur la manière dont nous pouvons développer notre coopération et relever les nombreux défis communs auxquels nous sommes confrontés", a déclaré la cheffe d'Etat, qui joue l’apaisement.

A la stupéfaction générale, Donald Trump a choisi d'annuler sa visite du pays et sa rencontre avec Mette Frederiksen, après le rejet de son offre d'achat du Groenland. Un territoire "stratégiquement intéressant" pour les Etats-Unis, selon le président américain.

Il se comporte comme un enfant gâté.
Karsten Honge
député du Parti populaire socialiste

Les parlementaires Danois se sont montrés moins mesurés que leur Première ministre.

" _[Donald Trump] se comporte comme un enfant gâté. "Je ne peux pas acheter le Groenland donc je ne veux pas venir au Danemark." C'est embarrassant pour les États-Unis. Mais bien sûr, nous allons passer à autre chose ici _", a déclaré le député du Parti populaire socialiste, Karsten Honge.

"Je pense que c'est une très mauvaise façon de parler d'un pays, et surtout du peuple du Groenland, a estimé pour sa part Aaja Chemnitz Larsen, députée du Groenland. Il doit faire preuve d'un peu plus de respect. Mais il reste le bienvenu au Groenland et je pense que nous pourrons discuter d'une éventuelle collaboration."

D'autres regrettent que les discussions entre les deux pays n'aient pas eu lieu, comme l'ancien haut fonctionnaire Jonas Parello-Plesner : " Les deux dirigeants étaient censés parler de l'Arctique, au sein duquel le Groenland joue un rôle essentiel pour le royaume du Danemark. En ce sens, je trouve donc honteux, du point de vue danois, que ces discussions n'aient finalement pas lieu."

Même discours du côté des autorités du Groenland, qui ont déclaré que leur territoire "n'était pas à vendre, mais ouvert aux affaires."