Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Feux en Amazonie, Bolsonaro accuse des ONG environnementales

21 août 2019, brûlis à Novo Airao, au Brésil
21 août 2019, brûlis à Novo Airao, au Brésil -
Tous droits réservés
REUTERS/Bruno Kelly
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

16 jours que les feux de forêts ravagent l'Amazonie, Sur les réseaux sociaux, entre désinformation, photos anciennes ou d'autres pays, difficile de s'y retrouver, mais une tempête anti-Bolsonaro s'est bien levée.

Et le président brésilien n'a pas tardé à envenimer la situation en tentant de répondre aux critiques. Alors qu'on apprenait que près de 73 000 incendies ravageaient le Brésil, une hausse de 83 % par rapport à l'an dernier, Jair Bolsonaro a insinué que les ONG environnementales auraient provoqué ces incendies pour attirer l'attention :

"Concernant les feux en Amazonie, j'ai l'impression qu'ils pourraient avoir été lancés par des ONG parce qu'elles demandent de l'argent. Quelles sont leurs intentions ? Créer des problèmes au Brésil."

Bolsonaro a appuyé ces propos en expliquant qu'il avait mis fin aux subventions publiques des ONG qui recevaient 40 % de subventions venant de l'étranger. Selon le Fonds Mondial pour la nature, qui a ainsi perdu deux de ces principaux contributeurs, la déforestation est en cause, notamment les brûlis, technique utilisée pour défricher. En juillet, cette déforestation aurait été 4 fois supérieure au même mois de 2018.

A Salvador de Bahia, où se tient la semaine du climat en présence de délégation de 26 pays, les propos de Bolsonaro ont fait réagir :

"Bolsonaro est très irresponsable, il doit apporter des preuves, il ne peut pas juste dire que des ONG ont mis le feu à l'Amazonie", explique Camila Veiga, manifestante de l'ONG ABONG.

Bolsonaro est aussi la cible de critiques de scientifiques, et des populations indigènes pour son soutien au développement de l'agriculture et de l'exploitation minière, notamment dans des zones protégées.