Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Tractations pour un nouveau gouvernement en Italie

Tractations pour un nouveau gouvernement en Italie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Deux jours après la démission du Premier ministre Giuseppe Conte, l'Italie se cherche une nouvelle majorité. Au second jour des consultations pour tenter de former un nouveau gouvernement, le Parti démocrate de Nicola Zingaretti a officialisé son offre : une coalition avec les antisystèmes du Mouvement 5 Étoiles. Le chef du centre-gauche a fait part de son projet au président Mattarella. L'alliance n'irait pas de soi mais elle éviterait des élections anticipées à l'automne, un scénario que le président veut contourner à tout prix.

Pour nous, il ne s'agit pas d'un choix facile et ce à cause de l'héritage néfaste de l'ancien gouvernement et de la distance politique qui nous sépare de certaines forces, en particulier du Mouvement 5 Étoiles, un protagoniste du gouvernement Conte.
Nicola Zingaretti
chef du Parti démocrate

Silvio Berlusconi a lui aussi rencontré le président. Pour le patron de Forza Italia, c'est d'une alliance de centre-droit dont l'Italie a besoin. Et pour cela, a-t-il martelé, il faudra en passer par des législatives anticipées.

Il n'y a qu'une seule voie : des élections anticipées. C'est la suggestion que j'ai faite au chef de l'État, un chef de l'État en qui Forza Italia place toute sa confiance pour faire les choix qu'il jugera opportuns.
Silvio Berlusconi
chef de Forza Italia

Le Mouvement 5 Étoiles doit désormais dire s'il est prêt ou non à accepter l'offre du Parti démocrate. Une offre qui va de pair avec cinq conditions, notamment le respect des valeurs européennes. Faute d'accord, comme l'a expliqué Nicola Zingaretti, l'alternative sera le retour aux urnes.