Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

En Italie, les tractations avancent

En Italie, les tractations avancent
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En Italie, le Mouvement 5 Étoiles et le Parti démocrate sont entrés dans le vif du sujet. Les anti-systèmes et le centre-gauche négocient depuis ce vendredi leur future alliance et ils se disent optimistes. S'ils parvenaient à former un gouvernement, l'Italie n'aurait pas à en passer par des élections anticipées.

C'est un bon début, il y a une ample convergence qui pourrait déboucher sur un travail commun concernant le projet de budget dans les prochaines heures. Et donc, c'est une note positive.
Graziano Del Rio
Chef du groupe du Parti démocrate au Parlement

Parmi les exigences du Mouvement 5 Étoiles, la toute première est la réduction drastique du nombre de parlementaires. De 945, le nombre de sièges dans les deux chambres passerait à 600. Une réforme à laquelle le Parti démocrate s'était opposé jusque-là mais il l'accepterait désormais assortie de « garanties constitutionnelles ». Les deux partis ont jusqu'à mardi pour s'entendre. Ils devront alors rendre compte des résultats de la tractations au président Mattarella.

Quatre jours, c'est donc ce qu'il reste pour parvenir à ce qui semblait impossible il y a une semaine encore : une alliance entre le Mouvement 5 Étoiles et le Parti démocrate, deux partis qui pendant des années ont eu des divergences profondes sur la façon de gouverner le pays et sur l'Europe.

Tous deux ont beaucoup à perdre en cas d'élections anticipées et pour faire barrage à une éventuelle victoire de la Ligue - donnée favorite dans les sondages - les deux formations devront faire des concessions. Cela pourrait néanmoins accentuer les divisions dans leurs rangs où tous n'approuvent pas ce rapprochement. Sur l'environnement et les politiques sociales, il y a des convergences, mais sur les réformes constitutionnelles et la politique économique, l'entente ne sera pas simple.

Dans tous les cas, le temps est compté en raison d'échéances européennes comme la désignation par l'Italie de son commissaire européen et la présentation à Bruxelles du budget 2020. Un report de la formation du nouveau gouvernement pourrait empêcher l'Italie de faire entendre sa voix en Europe.