G7 : le "off" a déjà commencé, sous haute surveillance policière

G7 : le "off" a déjà commencé, sous haute surveillance policière
Tous droits réservés REUTERS
Tous droits réservés REUTERS
Par Maxime Biosse Duplan
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alter-mondialistes, défenseurs du climat, ou militants de la parité ont commencé à se manifester autour de Biarritz et Hendaye.

PUBLICITÉ

A quelques heures maintenant du début du sommet du G7, les civils non invités s'organisent.

Alter-mondialistes, défenseurs du climat, ou militants de la parité, comme à Irun en Espagne juste de l'autre côté de la frontière, ont commencé à se manifester. Un peu partout en Europe des actions ont été organisées pour faire entendre d'autres voix que celles des chefs d'Etat et de gouvernements du G7.

A Hendaye, le sommet alternatif a en tous cas déjà commencé. Des ateliers sont organisés, comme celui-ci où on apprend la désobéissance civile et l'auto-défense non violente.

"Nous organisons, explique Barth Camedescasse, un atelier d'initiation à la non-violence et à la désobéissance civile. L'idée est de savoir quels sont les moyens d'organiser une action non violente et pourquoi est-il légitime de désobéir face à l'urgence climatique actuelle à laquelle nous sommes confrontés."

C'est la première fois en tous cas que le Pays basque, côté français et côté espagnol, connaît pareil déploiement sécuritaire. Près de 2.000 policiers, gendarmes et gardes civils espagnols sont déployés dans la région de Biarritz. Même le couloir aérien d'arrivée des chefs d'Etat au G7 a été sécurisé et des patrouilles de surveillance ont été déployées le long de la côte.

View this post on Instagram

#g7ez #antig7

A post shared by Imbert Ibarluzea (@ikeribarluzea) on

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des avoirs russes gelés pour acheter des armes à l'Ukraine ?

Josep Borrell estime que la région du Proche et du Moyen-Orient est "au bord d'une guerre régionale"

G7 : le Moyen-Orient à l'ordre du jour