DERNIERE MINUTE

L'extrême droite allemande enregistre une forte poussée lors de deux élections régionales

L'extrême droite allemande enregistre une forte poussée lors de deux élections régionales
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'anxiété, suivie d'un soulagement pour les partis au pouvoir lors de deux élections régionales cruciales dans l'Est de l'Allemagne. L'extrême droite n'est pas parvenue au sommet.

Mais c'est toutefois un maigre réconfort pour la CDU, les chrétiens-démocrates (CDU) d'Angela Merkel en Saxe et le SPD, les sociaux-démocrates dans le Brandebourg.

Dans la Saxe, la CDU a reculé de 7 points par rapport à la dernière élection en 2014 . Hier soir néanmoins, ses membres faisaient toujours bonne figure.

Michael Kretschmerm président de la CDU en Saxe s’est exprimé : "On l'a fait ! Et c'est un message que nous envoyons de Saxe ! La grande majorité des gens veulent représenter cet État de façon positive et veulent réaliser des choses. Le côté amical de la Saxe a gagné ! Merci à vous tous !"

Mais l'AfD (l'Alternative pour l'Allemagne), a presque triplé sa part des voix : avec sa politique contre l'accueil des réfugiés et la fermeture prévue des mines de charbon, elle a déstabilisé le parti dominant et mobilisé de nombreuses personnes qui n'avaient jamais voté auparavant.

"Aujourd'hui est un jour historique ! Notre jeune parti, qui n'existe que depuis 6 ans, a fermement ébranlé le bastion de la CDU en Saxe" a réagit Jörg Urban, la tête de liste de l’AFD en Saxe.

Le SPD dans le Brandebourg a lui aussi été ébranlé. Alors que le parti a perdu 5 points, l'AfD s'est assuré une hausse de 10 points, soit une part des voix plus importante que prévu. "L'AFD est venue pour rester. La politique sans nous ne sera plus possible." s’est exclamé Andreas Kalbitz, tête de liste de l’AfD dans le Brandebourg.

Si l'AfD bénéficie peut-être d'une vague de soutien, ses détracteurs sont tout aussi déterminés.

Malgré ses bons résultats, l'extrême droite n'a pratiquement aucune chance de rejoindre l'un ou l'autre des gouvernements des États : tous les autres partis ont exclu de former une coalition avec eux.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.