Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Italie : Giuseppe Conte promet une "nouvelle ère"

Italie : Giuseppe Conte promet une "nouvelle ère"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Un grand oral pour obtenir la confiance des députés. A Rome, Giuseppe Conte, le président du Conseil italien a présenté le programme de son gouvernement bis. Il promet d'engager l'Italie dans une "nouvelle ère réformatrice" pour en faire "un pays meilleur", tout en réclamant un coup de pouce de l'Europe : "Le gouvernement travaillera dans les bureaux européens à la mise en œuvre d'un plan d'investissement durable, à la réforme de l'union économique et monétaire, de l'union bancaire, en commençant par l'établissement d'un budget de la zone euro."

A la tête d'une nouvelle majorité entre le Mouvement Cinq Étoiles et le Parti démocrate, il entend renouer des liens avec l'Europe après des mois de tensions et réclamer un assouplissement des rigides règles budgétaires du Pacte de stabilité. Également au menu : le crucial budget pour 2020 censé relancer la croissance poussive du pays et une possible inflexion de la politique migratoire.

Au même moment, devant le Parlement, plusieurs centaines de manifestants d’extrême droite manifestaient en brandissant des drapeaux italiens. Matteo Salvini, le chef de la Ligue promet de représenter "une opposition sérieuse" au nouveau gouvernement : "Les Italiens verront bien. Ils ne sont d'accord sur rien à part sur la répartition des sièges et la haine de la Ligue, mais je ne pense pas qu'un pays comme l'Italie puisse être gouverné en restant simplement rivé à son siège et en ruminant une haine contre nous."

L'ancien ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini a provoqué début août la chute du précédent gouvernement Conte dans l'espoir d'obtenir des élections anticipées. Une stratégie qui n'a pas fonctionné.

avec AFP