Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Feu vert du Sénat au gouvernement de Conte

Feu vert du Sénat au gouvernement de Conte
Tous droits réservés
REUTERS/Remo Casilli
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement de Giuseppe Conte peut maintenant passer à l'acte. Avec 169 voix pour, 133 contre et 5 abstentions, le Sénat a accordé à son tour la confiance à la coalition qui unit le mouvement Cinq Étoiles et le Parti démocrate, au lendemain du feu vert donné par la chambre basse.

Au cours des débats, le chef de la Ligue et ancien ministre Matteo Salvini et le président du conseil Giuseppe Conte ont laissé éclater leurs désaccords. Le chef du gouvernement, reconduit dans ses fonctions, place la relance de l'économie au premier rang de ses priorités.

Au Sénat, le gouvernement dispose d'une majorité plus courte qu'à l'assemblée. Sur le fond, Giuseppe Conte a promis d'engager l'Italie dans "une nouvelle ère" de réformes. Il compte investir dans les infrastructures et l'innovation. Et veut demander à Bruxelles plus de solidarité pour gérer les flux migratoires.

"Le jour du vote de confiance au gouvernement de Conte au Sénat, l'ancien ministre Salvini et le Premier ministre se sont affrontés lors des débats", indique Giorgia Orlandi, correspondante à Rome. "Alors que la nomination de Gentiloni au poste de commissaire européen aux affaires économiques a été confirmée, Salvini a attaqué le gouvernement de Giuseppe Conte en l'accusant d'être inféodé à l'Europe. De son côté, Giuseppe Conte estime que Matteo Salvini est resté figé dans la crise qui a débuté le 8 août. Matteo Salvini promet que l'opposition continuera à se battre, non seulement au Parlement, mais aussi dans les rues, comme il l'a fait lors du rassemblement de lundi, organisé avec les néofascistes de Frères d'Italie".