DERNIERE MINUTE

Bientôt la fin du vapotage aux Etats-Unis

Bientôt la fin du vapotage aux Etats-Unis
Tous droits réservés
REUTERS/Leah Millis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les États-Unis déclarent la guerre au vapotage. Le gouvernement de Donald Trump a annoncé que les cigarettes électroniques aromatisées seraient interdites à la vente dans les prochains mois.

Les autorités sanitaires ont annoncé en même temps l'interdiction à venir des liquides aromatisés, par exemple au menthol, à la mangue ou à la fraise, non parce que les arômes sont jugés nocifs en eux-mêmes, mais parce qu'ils attirent toute une génération de jeunes qui deviennent dépendants à la nicotine, effaçant des années de progrès contre la cigarette.

Tous les goûts autres que le goût tabac seront prochainement retirés du marché, a expliqué le secrétaire à la Santé, Alex Azar. Le texte paraîtra dans "plusieurs semaines" et entrera en vigueur 30 jours plus tard.

Les produits aromatisés au tabac pourront continuer à être vendus mais devront demander une autorisation de mise sur le marché d'ici mai 2020.

Un lycéen américain sur quatre vapote

Un lycéen sur quatre vapotait en 2019 aux États-Unis, selon une enquête publique annuelle, a annoncé le département de la Santé en révélant des résultats préliminaires -- contre un sur cinq en 2017-2018.

"Beaucoup de gens pensent que le vapotage c'est formidable", a déclaré le président américain dans le Bureau ovale de la Maison Blanche. "Mais cela n'a rien de formidable. Encore une fois, c'est très nouveau et potentiellement très mauvais. Il y a eu des morts et de nombreux autres problèmes. Les gens pensent que ça permet de remplacer facilement la cigarette, mais ce n'est pas si simple. C'est un problème global, mais qui touche particulièrement les enfants."

Une crise sanitaire ?

En dehors du problème de l'accoutumance à la nicotine, un vent de panique souffle contre le vapotage dans le pays. Cet été, 450 personnes sont tombées gravement malades après avoir vapoté, six sont décédées de maladies pulmonaires aiguës.

Les malades toussent, s'essoufflent, n'arrivent plus à respirer. Beaucoup sont hospitalisés en soins intensifs et branchés sur des respirateurs artificiels. Des jeunes en bonne santé se sont retrouvés dans des comas artificiels.

On ignore quel ingrédient a causé exactement les maladies pulmonaires.

Dans de nombreux cas, les liquides contenaient du THC, la substance psychoactive du cannabis, mais il est probable que ce soit l'un des nombreux additifs des liquides qui ait endommagé les poumons en étant vaporisé et inhalé. L’État de New York a cité une huile de vitamine E comme cause possible, mais cela n'est pas confirmé par la FDA.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.