Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les mesures de la BCE pour soutenir la zone euro

Les mesures de la BCE pour soutenir la zone euro
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Soutenir l'économie de la zone euro, c'est bien ce que cherche à faire la Banque centrale européenne.

Et la BCE a présenté ce jeudi toute une série de mesures allant dans ce sens. Des mesures attendues comme l'octroi de prêts géants aux banques à des conditions préférentielles, pour faciliter la circulation de l'argent dans l'économie.

Les taux sont d'ailleurs maintenus à un niveau très bas.

Le taux dit "de dépôt", est même abaissé de 10 points de base, passant à - 0,5%.

Cette décision vise à inciter les banques à prêter aux entreprises et aux ménages, plutôt qu'à laisser dormir leurs liquidités à la Banque centrale.

Mario Draghi était aussi attendu sur la question des rachats de dettes. Le patron de BCE a annoncé la relance de son programme de rachats d'actifs obligataires - autrement appelé "programme d'assouplissement quantitatif" (QE). Des rachats qui reprendront à partir du 1er novembre, au rythme de 20 milliards d'euros par mois.

Ce paquet de mesures est censé stimuler l'économie dans un contexte de morosité.

En témoignent les prévisions de croissance. L'institution de Francfort mise sur une hausse du PIB de 1,1% cette année et 1,2% l'an prochain. C'est moins que prévu.

La probabilité d'une récession est faible, mais il ne faut pas sous-estimé le risque, a prévenu Mario Draghi lors de sa conférence de presse.

Ce risque résulte principalement de la présence prolongée d'incertitudes liées aux facteurs géopolitiques, à la menace croissante du protectionnisme, et aux vulnérabilités dans les marchés émergents.
Mario Draghi
Président de la Banque centrale européenne (BCE)

Toutes ces annonces ont été accueillies favorablement sur les places financières européennes, orientées à la hausse.

Accueil nettement enthousiaste de Donald Trump qui, dans un tweet, accuse une nouvelle fois la BCE de déprécier l'euro face au dollar, ce qui nuit aux exportations américaines. Et de s'en prendre à la Réserve fédérale qui, selon le président américain, "reste les bras croisés".

Mario Draghi rejette cette critique.

On s'en tient au consensus du G20, à savoir : nous n'allons pas faire de dévaluation compétitive. On attend donc de tous les membres du G20 qu'ils souscrivent à ce consensus.
Mario Draghi
Président de la Banque centrale européenne (BCE)

L'Italien Draghi termine son mandat dans quelques semaines. Le 1er novembre, après 8 ans à la tête de la BCE, il passera le relais à la Française Christine Lagarde, jusque-là patronne du Fond Monétaire international (FMI).