EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Donald Trump : "Est-ce que je veux la guerre ?"

Donald Trump : "Est-ce que je veux la guerre ?"
Tous droits réservés 
Par euronews avec AFP, Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Toujours mis en cause dans l'attaque de drone des installations pétrolières saoudiennes, l'iran se défend et Donald Trump précise qu'il ne veut pas d'une guerre avec Téhéran.

PUBLICITÉ

Donald Trump ne veut pas entrer en guerre contre l'Iran, mais il dit les Etats-Unis prêts à faire face. Le président américain a fait cette déclaration après avoir évoqué, toujours sans certitude, la possibilité que Téhéran ait orchestré les attaques des installations pétrolières qui ont frappé l'Arabie saoudite le week-end dernier. Et les Etats-Unis ont le meilleur armement du monde assure-t-il.

"Est-ce que je veux la guerre ? Je ne veux faire la guerre à personne. Je suis quelqu'un qui ne veut pas la guerre. Les Etats-Unis sont les mieux préparés de tous les pays dans l'histoire. Si nous devons aller sur cette voie et bien nous verrons."

Samedi, dix drones ont attaqué les installations de la compagnie pétrolière publique saoudienne Aramco, clef de l'approvisionnement mondial en pétrole brut. Pour les Saoudiens, jusqu'ici, l'enquête montre que les armes utilisées sont iraniennes et n'ont pas été lancées depuis le Yémen. Mais Téhéran continue de nier être derrière ces attaques qui ont été revendiquées par les rebelles yéménites houthis.

Au sommet d'Ankara sur la Syrie, le président iranien a évoqué la crise au Yémen et les attaques de la coalition menée par l'Arabie saoudite :

"Le peuple yéménite a le droit d'exercer sa légitime défense. Les attaques sont réciproques et la solution est de mettre un terme à ces attaques. La solution est aussi politique... "

Petit aparté commercial lors de cette même conférence de presse à Ankara, avec un Vladimir Poutine qui ne manque pas d'ironie. Le président russe a proposé à l'Arabie saoudite de lui vendre son système de missile de défense, le même qu'il a vendu à l'Iran, après l'échec des systèmes américains à détecter l'arrivée des drones :

"Nous sommes prêts à fournir une a ide respective aux Saoudiens pour protéger leur pays et leur famille, il suffirait que les dirigeants politiques de l'Arabie saoudite prennent une sage décision, comme l'ont fait les dirigeants iraniens et le président turc en achetant le dernier système de défense aérienne S-400 "Triumph" de Russie."

En attendant cette éventualité, il faut s'adapter à la chute de 5 % de la production de quotidienne de pétrole. Après les Etats-Unis, qui dispose de la plus grande réserve stratégique de brut, le Japon s'est dit prêt à utiliser ses stocks si nécessaire.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : Hassan Rohani propose un plan de coopération régionale dans le Golfe

Donald Trump investi par le parti républicain

Le choix du colistier de Trump est-il synonyme d'ennuis pour l'Europe ?