DERNIERE MINUTE

Évacuation du camp de migrants : "... mais ils vont revenir !"

Évacuation du camp de migrants : "... mais ils vont revenir !"
Tous droits réservés
AFP
Taille du texte Aa Aa

Nouveau démantèlement du campement de Grande-Synthe dans le nord de la France. Plusieurs centaines de migrants qui s'y trouvaient ont été évacués ce mardi matin.

Cette opération de police fait suite à une décision de justice, qui avait pointé du doigt des "problèmes de sécurité publique" et de "salubrité".

Je pense que chacun ici était content de sortir de ce bidonville. Nous y mettons un terme ce matin et c'est une bonne nouvelle pour notre Etat de droit et les droits de l'Homme.
Michel Lalande
préfet du Nord

Ceux qui vivaient ici étaient en majorité des kurdes irakiens. Ils ont été acheminés en bus vers différents centres d'hébergement dans la région.

Mais cela ne règle pas le problème, disent les associations d'accueil de migrants, à l'instar de l'ONG Salam.

Ils vont à un endroit où ils auront à manger et une douche. Certains seront de retour ici dès demain, d'autres seront là dans 15 jours. Ils iront peut-être en Belgique ou à Calais, ou plus vers la Normandie, mais de toutes les façons, ils vont essayer de repasser !
Claire Millot
Secrétaire générale de l'Association Salam

L'Angleterre en vue

La plupart de ces migrants souhaitent se rendre en Angleterre.

Le nombre de tentatives de traversées de la Manche a fortement augmenté ces derniers mois.

Les trajets se font désormais surtout par bateau, depuis que les accès au tunnel sous la Manche et aux ferrys ont été barricadés.

Des réseaux de passeurs organisent des départs nocturnes depuis les plages, sur des embarcations de fortune. Une traversée particulièrement dangereuse, en raison des nombreux navires qui sillonnent la Manche.

-avec agences -

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.