Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Casse-tête politique israélien en vue après des législatives peu concluantes

Casse-tête politique israélien en vue après des législatives peu concluantes
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Israël est bien parti pour des jours de marchandage politique... Tout le monde est suspendu aux lèvres de la commission électorale alors que les sondages de sortie des urnes ont donné benjamin Netanyahu et Benny Gantz au coude-à-coude avec une légère avance pour le centriste.

Comme en avril dernier, le doute est permis quant à l'emprise du Premier ministre sur le pouvoir.

Mais le chef du Likoud entend bien être celui qui entamera les négociations pour la formation d'un nouveau gouvernement qu'il veut sioniste et fort :

"Dans les jours à venir, nous convoquerons des négociations pour former un gouvernement sioniste fort et pour empêcher l'émergence d'un gouvernement antisioniste dangereux."

Ce nouveau scrutin anticipé était vu comme un référendum pour le chef du Likoud qui s'est porté candidat pour un cinquième mandat. Jusqu'ici, il a dominé la Knesset en forgeant des alliances avec des politiciens religieux et des ultranationalistes purs et durs. Dernièrement, il a même promis d'annexer une partie de la Cisjordanie occupée.

Mais le principal concurrent de Netanyahu, l'ancien général Benny Gantz et sa toute jeune Alliance centriste Bleu-Blanc pourrait tout aussi bien être en mesure de mener ces négociations.Pendant la campagne, il avait mis en avant les scandales politiques et de corruption personnelle de Netanyahu, se présentant comme une alternative propre et responsable. Voici ce qu"il a dit cette nuit :

"Netanyahou ne semble pas avoir réussi sa mission ! De notre côté, nous avons prouvé que l'idée qui s'appelle Bleu-Blanc, un projet que nous avons lancé il y a un peu plus de six mois, est un énorme succès et qu'il est va durer."

En tout cas, ni l'un ni l'autre ne semble être en mesure de bénéficier d'un soutien suffisant au parlement pour donner une assise au gouvernement.

Le parti pour l'instant "non-aligné" d'Avigdor Lieberman pourrait faire pencher la balance dans d'éventuels pourparlers. Mais le leader de la formation nationaliste laïque Israël Beiteinou a plaidé pour un gouvernement "d'union nationale" :

"Nous n'avons qu'une seule option - un gouvernement national, libéral et large comprenant Israël Beitenu, le Likoud et l'alliance Bleu-Blanc."

Lieberman, faiseur de roi appelle donc à l'union, mais sans les partis juifs ultra-orthodoxes, partenaires traditionnels de Netanyahu, alors que Benny Gantz refuse de s'allier au chef du Likoud si celui-ci est condamné pour corruption. Bref, la formation du prochain gouvernement israélien s'annonce très complexe.