Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Inspire Middle East : le 24e Congrès mondial de l'énergie explore le futur à Abu Dhabi

Inspire Middle East : le 24e Congrès mondial de l'énergie explore le futur à Abu Dhabi
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cette semaine Inspire Middle East vous emmène au Congrès mondial de l'énergie à Abu Dhabi, pour explorer les défis qui attendent l'énergie mondiale dans les années à venir. Rebecca MacLaughlin-Eastham a rencontré le président du Conseil, Christopher Frei.

Au début du mois de septembre, la capitale des Emirats Arabes Unis, Abu Dhabi, a accueilli pour la première fois le Congrès mondial de l'énergie (CME). Créé à Londres en 1924, cet événement rassemble tous les trois ans plus de 150 pays et près de 15 000 délégués.

Albert Einstein avait, en son temps, participé à ce sommet. Aujourd'hui, le CME rassemble des industriels du secteur de l'énergie, ainsi que de nombreux ministres et fonctionnaires. L'objectif est de débattre des plus grands défis auxquels est confrontée l'énergie mondiale, ainsi que des perspectives d'avenir.

Sous la bannière "Energy for Prosperity", le Conseil s'est penché cette année sur ce que l'on appelle le "trilemme mondial de l'énergie". Il comprend l'équité énergétique, la sécurité énergétique et l'équilibre environnemental.

Les délégués ont également réfléchi aux questions pressantes de la numérisation, de l'innovation technologique, de la décarbonisation et des réformes politiques en matière de durabilité environnementale.

Alors que la population mondiale devrait atteindre 9,7 milliards d'habitants d'ici 2050, il n'a jamais été aussi urgent d'accroître l'offre d'énergie - en particulier, des alternatives propres et durables.

Interviewé par Inspire Middle East, le PDG du Conseil, Christopher Frei, estime que l'un des plus grands défis de l'humanité aujourd'hui concerne l'approvisionnement et la distribution de l'énergie.

Christopher Frei, président du Congrès mondial de l'énergie.

Rebecca MacLaughlin-Eastham : Nous sommes confrontés à un « trilemme énergétique mondial ». Où en sommes-nous en terme de transition vers une économie sobre en émission carbone, et en terme d’accès à une énergie abordable pour tous ?

Christopher Frei : Si on regarde du côté de l’accès et de l’abordabilité, il y a toujours près d’un milliard de gens dans le monde qui n’ont pas accès à l’énergie, c’est énorme. Mais la bonne nouvelle, c’est que ce chiffre a diminué au cours de la dernière décennie, passant de 1,6 milliard à moins d’un milliard. Donc il y a eu du progrès de ce côté.

Concernant le deuxième domaine, le changement climatique, nous n'avons toujours pas la dynamique nécessaire pour atteindre l'objectif de 2 degrés ou même de 1,5 degré Celsius. Et nous ne voyons pas de scénarios plausibles à ce stade qui permettraient d'y arriver rapidement.

Pour le troisième domaine, la sécurité, il y a des infrastructures vieillissantes, donc il faut en construire de nouvelles.

Parlez-moi des pics de demande de pétrole, qui concernent particulièrement le Moyen-Orient. Quelles sont vos prévisions ?

Eh bien, nous avons trois scénarios. Dans deux d’entre eux, il y a un pic de demande de pétrole avant la fin des années 2030. Le troisième scénario est plus compliqué géopolitiquement, c’est le scénario le plus complexe. Ce pic débute plus tard. Mais en réalité, tous ces scénarios prévoient un pic de demande de pétrole très rapidement.

Si l'on regarde encore plus loin, dans l'ère "post-renouvelable", il y a des recherches intéressantes sur l'énergie microbienne, par exemple. À quoi pourrait ressembler l’avenir, selon vous ?

Prenons une fourmi. Vous avez déjà été mordue par une fourmi ? C’est douloureux. Ce qui fait mal, c’est l’acide que les fourmis vous transmettent. Il s’agit d’acide formique, du HCOOH, c’est un hydrogène liquide. Avec cet hydrogène liquide, vous pouvez alimenter une pile à combustible. Vous pouvez produire de électricité. C’est un liquide qu’on peut facilement stocker.