PUBLICITÉ

Énergies renouvelables : un vent nouveau souffle sur le secteur éolien en Grèce

Énergies renouvelables : un vent nouveau souffle sur le secteur éolien en Grèce
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Hans von der Brelie
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Avec l'aide de l'Union européenne, la Grèce investit massivement dans l'énergie éolienne terrestre et en mer. Dans les années à venir, le pays pourrait devenir un exportateur majeur d'énergie renouvelable en Europe.

PUBLICITÉ

La production d'énergie renouvelable est en plein essor en Grèce. Les parcs éoliens terrestres se multiplient et, au cours des 20 prochaines années, quelque 12 gigawatts d'énergie éolienne pourraient être installés en mer

La Grèce pourrait-elle devenir un exportateur d'énergie ? Il reste encore quelques obstacles à surmonter avant que le pays ne devienne la source d'énergie verte de l'Europe. Notre reporter Hans von der Brelie fait le tour du pays pour Euronews Witness.

Un projet ambitieux

Ágios Geórgios est un îlot de la mer Méditerranée balayé par les tempêtes et couvert d'éoliennes. 23 turbines produisent de l'électricité pour plus de 40 000 foyers sur le continent. 

La Grèce a des projets ambitieux : l'année dernière, 153 centrales éoliennes ont été raccordées au réseau dans tout le pays. Au cours des deux prochaines décennies, 1 150 éoliennes géantes supplémentaires pourraient être érigées sur les îles grecques ou au large des côtes.

Costas Ilias travaille comme directeur des opérations pour Terna Energy, une entreprise qui participe à ce défi : "Notre objectif est de faire de l'éolien en mer une réalité [...] et de sécuriser l'énergie de la Grèce face aux menaces étrangères. Et, bien sûr, de réduire les émissions de CO2."

"Près de la côte, nous avons des vents forts et nous devrions en tirer parti, car c'est comme si nous avions de l'or", ajoute-t-il.

L'Europe est en retard dans la mise en œuvre de sa stratégie éolienne. Un récent "plan d'action pour l'énergie éolienne" apporte un soutien : les permis devraient désormais être délivrés plus rapidement, la Banque européenne d'investissement offre des garanties de crédit et de nombreuses subventions sont proposées par l'UE.

La professeur Vassiliki Kati coordonne un laboratoire de recherche à l'université de Ioannina. Son étude sur l'aménagement du territoire pour les parcs éoliens a suscité de nombreuses discussions. 

Selon elle, les parcs éoliens ne devraient pas être implantés dans des paysages naturels ou dans des zones sensibles où vivent des espèces endémiques : "En Autriche, seuls 12 % des parcs éoliens sont implantés dans des zones montagneuses, contre 92 % en Grèce. Cela montre les lacunes de l'aménagement du territoire dans notre pays", avance Vassiliki Kati.

Comment stocker toute cette énergie ?

Les énergies renouvelables nécessitent d'énormes capacités de stockage. La Grèce est en train de les construire. 

Environ 1 000 personnes travailleront au projet de centrale hydroélectrique à accumulation par pompage d'Amfilochia. L'énergie éolienne excédentaire y est transformée en énergie hydraulique à la demande

Le projet européen d'intérêt commun PCI-3.24 est cofinancé par la "Connecting Europe Facility", l'initiative de l'UE destinée à moderniser les infrastructures. 

"La capacité totale installée de notre projet est de 680 MW pour la production et de 730 MW pour le pompage", explique Vangelis Vassis de l'équipe de développement du projet, "tandis que la capacité totale de stockage est d'environ 5 gigawatts-heure"

Sur un budget total de 650 millions d'euros, l'Union européenne a contribué à hauteur de  250 millions. Une douzaine de projets similaires sont en cours d'élaboration.

Tout le réseau électrique doit s'adapter

Les énergies renouvelables représentent un défi pour le réseau. De bonnes connexions électriques sont une condition préalable à l'acheminement de l'électricité vers les consommateurs en cas de besoin. La Commission européenne estime que jusqu'à 600 milliards d'euros devraient être investis dans la modernisation des réseaux européens - d'ici la fin de cette décennie.

"L'éolien en mer est un élément très nouveau dans notre plan national pour l'énergie et le climat. Cette grande quantité d'énergie renouvelable dépasse les besoins de la consommation domestique en Grèce", déclare Ioannis Margaris, vice-président de l'opérateur du réseau électrique grec IPTO

"La stratégie consiste à faire de la Grèce un exportateur d'énergie verte vers l'Europe centrale, par les Balkans ou par l'Italie, afin de pouvoir exporter le surplus d'énergie renouvelable que nous aurons en Grèce à l'avenir. C'est pourquoi nous avons récemment proposé un nouveau projet entre la Grèce et l'Allemagne qui pourrait passer par la mer Adriatique".

Ioannis Margaris, directeur de l'IPTO, nous donne une vue d'ensemble : "Nous envisageons également des projets vers le sud : des interconnexions sont prévues avec l'Égypte et l'Arabie saoudite. En raison de la guerre russo-ukrainienne, l'Europe a un intérêt vital dans ce type de connexions".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections européennes : le parti grec Syriza prêt à présenter des candidats

Le succès de Chalki : un exemple concret de solutions énergétiques responsables pour les îles

Pacte vert, la pomme de discorde européenne