Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Faillite de Thomas Cook : l'angoisse aux îles Canaries

Faillite de Thomas Cook : l'angoisse aux îles Canaries
Tous droits réservés
REUTERS/Enrique Calvo
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La faillite de Thomas Cook impacte des milliers de voyageurs, notamment aux îles Canaries très appréciées des Britanniques.

Les voyageurs face au manque d'information

De nombreux touristes attendent désormais de savoir comment ils vont pouvoir rentrer chez eux. Certains expriment leur angoisse sur les réseaux sociaux.

Extraits de messages sur Twitter :

" Avez-vous des informations ? Ma mère est à Tenerife et elle panique. Elle ne pourra pas rentrer à la maison."

"Nous sommes en vacances à Tenerife avec nos trois enfants. On doit prendre un vol retour le 27 septembre. Doit-on s'inquiéter?"

A l'aéroport de Majorque, les voyageurs tentent d'obtenir des informations au guichet de Thomas Cook. Ils semblent perplexes :

"Ils nous ont juste dit de nous rendre au guichet d'Iberia, où nous devrions obtenir plus d'informations. A ce stade, on ne sait rien, on ne sait pas comment on va rentrer", dit cette Britannique.

"Notre vol est retardé d'environ une heure", regrette ce voyageur allemand.

Le secteur touristique inquiet

A l'angoisse des voyageurs, s'ajoute celle des professionnels du secteur du tourisme espagnol, en particulier aux îles Canaries et aux Baléares, des destinations particulièrement prisées par Thomas Cook.

Entre janvier et août, les îles Canaries à elles seules ont accueilli 2,6 millions de touristes, partis en vacances avec le voyagiste. Parmi eux, de nombreux Britanniques, mais aussi beaucoup de touristes d'Allemagne et des pays nordiques.

Aujourd'hui, les hôtels et autres entreprises touristiques redoutent de ne pas percevoir les paiement des réservations.