Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

ONU : Macron appelle les Etats-Unis et l'Iran à la reprise des "négociations"

ONU : Macron appelle les Etats-Unis et l'Iran à la reprise des "négociations"
Tous droits réservés
REUTERS/Lucas Jackson
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président français Emmanuel Macron a appelé ce mardi les Etats-Unis et l'Iran à reprendre des "négociations" pour éviter les "risques d'embrasement" dans le Golfe, lors de sa déclaration aux Nations unies à l'occasion de l’Assemblée générale de l'institution internationale.

"Plus que jamais le temps est à la reprise des négociations entre les Etats-Unis d'Amérique, l'Iran, les signataires du JCPOA (accord sur le nucléaire iranien) et les puissances de la région concernées au premier titre par la sécurité et la stabilité de celle-ci", a-t-il ainsi affirmé à New York.

Après son discours, Emmanuel Macron devrait rencontrer Donald Trump, avec le dossier iranien au centre de leur entretien. Le président américain a promis de "durcir" les sanctions contre Téhéran lors de sa prestation devant les représentants des 193 pays membres des Nations unies.

Mais à la tribune des Nations unies, Emmanuel Macron a surtout longuement abordé la question du climat. Le président français a affirmé qu'il fallait en faire beaucoup plus pour les forêts et les océans, "deux batailles que nous sommes en train de perdre". La communauté internationale doit prendre la mesure de ce que représente les forêts primaires en Amazonie et en Afrique pour notre planète, selon Emmanuel Macron qui a indiqué que "collectivement, nous sommes responsables". Concernant les océans, la situation est accablante selon le rapport du GIEC cité par Emmanuel Macron qui a souhaité la mise en place d'"actions concrètes et de nouveaux financement" pour renverser la tendance avant qu'il ne soit trop tard. Il faut "essayer collectivement de changer notre organisation collective", a-t-il ainsi déclaré, en ajoutant que "nous savons, nous aurons des comptes à rendre."