Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Présidentielle en Afghanistan, sous la menace des attentats

Présidentielle en Afghanistan, sous la menace des attentats
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les Afghans se rendent aux urnes ce samedi pour élire leur président. Un scrutin sous haute tension : les talibans, hostiles au vote, ont revendiqué plusieurs attentats durant la campagne électorale.

Les ultimes préparatifs en vue des élections présidentielles en Afghanistan : le scrutin a lieu ce samedi.

Dix-huit candidats sont en lice, mais le vote pourrait tourner à un duel entre le président sortant Ashraf Ghani et le N°2 de l'exécutif, Abdullah Abdullah.

Les deux hommes se détestent, notamment depuis la dernière présidentielle en 2014, où ils avaient chacun revendiqué la victoire, s'accusant mutuellement de fraudes. Il avait fallu une pression politique des Etats-Unis pour que les deux personnalités parviennent à un accord de partage du pouvoir.

Le défi de la sécurité

Outre la transparence du vote, la préoccupation majeure de cette présidentielle, c'est la sécurité.

Ces dernières semaines, plusieurs attentats sont venus endeuiller la campagne électorale. Des attaques attribuées aux insurgés talibans, opposés à la tenue du scrutin.

"Les talibans nous menacent en permanence, ils ne veulent pas qu'on aille voter, confiait Sayed, un habitant de Kaboul, à la veille du scrutin_. Mais je crois que les gens vont quand même se rendre dans les bureaux de vote et défendre ainsi la démocratie._"

"Je pense que les électeurs seront nombreux à aller voter, assure également Mohammad, un autre habitant de la capitale. Mais il faut que le gouvernement et les forces de l'ordre assurent la sécurité des gens, et la transparence des élections."

Aucun sondage fiable ne permet de faire des pronostics. Mais plusieurs observateurs prédisent une faible participation, à la fois à cause de l'insécurité, mais aussi en raison de la défiance de la population vis-à-vis de la classe politique.

- avec agences -