DERNIERE MINUTE

Irak : près de 100 morts après cinq jours de manifestations

Irak : près de 100 morts après cinq jours de manifestations
Taille du texte Aa Aa

Des milliers d'Irakiens sont descendus dans les rues du pays ce samedi pour réclamer le départ du gouvernement accusé de corruption.

Ce cinquième jour de mobilisation a été marqué par la violence. Des tirs ont résonné dans la capitale irakienne et dans d'autres villes du sud du pays, selon des journalistes de l'AFP présents sur place.

D'après un bilan effectué samedi par la commission gouvernementale des droits de l'Homme irakienne, 93 personnes ont été tuées depuis mardi, en grande majorité des manifestants. La plupart d'entre eux ont été tués par balles selon des sources médicales, qui avaient indiqué la veille que six policiers avaient trouvé la mort lors des quatre jours de violences. Environ 4.000 blessés ont été recensés.

Le mouvement de contestation, né sur les réseaux sociaux, proteste contre la corruption, le chômage et la déliquescence des services publics dans un pays tout juste sorti de quatre décennies de conflits.

Moqtada Sadr, un poids lourd de la politique irakienne, dont la coalition participe au gouvernement, a repris vendredi à son compte la principale revendication des manifestants et appelé le gouvernement d'Adel Abdel Mahdi à démissionner "pour empêcher davantage d'effusion du sang". Il aussi appelé à "des élections anticipées sous supervision de l'ONU".

Ce mouvement spontané est toutefois présenté par les manifestants comme "non partisan". Il constitue le premier test pour le gouvernement Mahdi, en place depuis à peine un an.

Les autorités ont réclamé du temps aux manifestants pour mettre en place des réformes afin d'améliorer les conditions de vie des 40 millions d'habitants du pays ravagé par les guerres, le chômage et la corruption.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.