DERNIERE MINUTE

Irak : nouvelles manifestations au lendemain de violences meurtrières

Irak : nouvelles manifestations au lendemain de violences meurtrières
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une fois encore, l'exaspération a investi les rues de Bagdad. Une fois encore, les manifestants ont été dispersés sans ménagement. Vendredi déjà, les violences avaient fait plus de 40 morts et 2000 blessés, dans la capitale irakienne mais surtout dans le sud du pays. À Bagdad comme dans les provinces du sud, les mêmes revendications : le départ du Premier ministre Adel Abdel Mahdi et plus généralement le renversement d'une élite corrompue, mais aussi l'accès à l'eau, à l'électricité, aux soins et aux emplois pour une population à bout de souffle.

« Ce gaz lacryomogène périmé ne fait que détruire le peuple ! s'écrie un manifestant. Nous demandons un autre gouvernement. Nous ne voulons plus de ce gouvernement. Nous voulons des réformes ! »

« Quel genre de gouvernement est-ce donc ? proteste une femme. Les gens meurent de faim. Nous voulons renverser ce gouvernement, un gouvernement corrompu. Dieu est grand ! »

Le pouvoir a promis un remaniement et des réformes mais ne convainc pas. La vague de violences qui a débuté vendredi fait suite à une première, début octobre, qui avait fait près de 160 morts et 6000 blessés. Sur la place Tahrir, devenu le quartier général de ces indignés, les manifestants disent vouloir être entendus pacifiquement. Mais dans le sud du pays, des bâtiments publics et des sièges de partis politiques et de milices chiites ont été incendiés.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.