Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Fonds mondial à Lyon : des fonds pour sauver des vies et éradiquer le sida

Fonds mondial à Lyon : des fonds pour sauver des vies et éradiquer le sida
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme organise sa conférence triennal à Lyon à compter de ce mercredi, en présence du président français Emmanuel Macron. Objectif : collecter 14 milliards de dollars de contribution financière. Des fonds essentiels dans la lutte contre le sida, en particulier en Afrique subsaharienne.

C'est un kit de prévention qui lui a changé la vie. Sans lui, ce trentenaire originaire du Burundi ne se tiendrait peut-être plus devant nous aujourd'hui.

Confronté à la rue après avoir été chassé de chez lui à 20 ans, lorsqu'il annonce son homosexualité, Elvis réussit à se protéger du VIH grâce à des moyens de prévention, composé entre autres de préservatifs, et financés par le Fonds mondial.

Ce n'est pas le cas de tous. Et en cas de contamination, accéder aux traitements antirétroviraux reste parfois compliqué, notamment dans les zones rurales.

"La plupart des jeunes gays qui font leur coming-out, ou qui sont forcés à le faire, se retrouvent dans la rue", explique Elvis. "Et ils sont obligés de se prostituer, mais grâce au kit préventif, ils peuvent traverser cette période sans attraper le VIH, comme moi."

Où vont les fonds ?

C'est à Lyon que le Fonds Mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme organise sa conférence cette année. Tous les trois ans, le Fonds annonce la contribution financière des Etats. Parmi les plus gros donateurs depuis sa création en 2002 : les Etats-Unis, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni ou encore l'Union européenne. Des financements à destination des pays d’Afrique subsaharienne à plus de 70%.

Petit, Guillaume

« En 8 ans, la couverture de la population touchée par le VIH et ayant accès aux traitements est passée de 22% à 62%, _selon les chiffres d'ONUSIDA publiés par le Fonds mondial"_, explique Guillaume Petit, journaliste pour Euronews. "Dans les pays où le Fonds mondial a investi, le taux de mortalité a diminué de 56%».

Des traitements antirétroviraux désormais accessibles, là où les systèmes de santé font défaut, grâce à des prix négociés : entre 2002 et 2018, le coût d’un an de traitement antirétroviral est passé de 10 000 à 69 dollars, selon le Fonds mondial.

Petit, Guillaume

Inégalités et stigmatisation

Mais certaines inégalités persistent. Les femmes sont deux fois plus touchées. Les usagers de drogues le sont davantage également. Lorsqu'elle avait 22 ans, Cindy a connu une période d’addiction à l’héroïne. Si les injections par voie intraveineuse sont un des modes de transmission du VIH, elle a pu éviter une contamination, en recevant un traitement de substitution à la drogue à la méthadone, rendus accessible grâce au Fonds mondial.

Mais les listes d'attente peuvent être longues et la stigmatisation perdurer. Cindy l'a connue, lorsque malade, elle se rend à l'hôpital. "On m'a dit : tu es usagère de drogues, alors c'est à cause de la drogue que tu es malade et t'auras pas le traitement...", confie cette mère de famille qui travaille désormais comme paire-éducatrice auprès d'usagers de drogue sur l'île Maurice. "On refuse de nous toucher... Il n'y a pas cette approche humaine."

1,7 million de personnes contaminées

Eux ont pu s'en sortir, mais combien d'autres risquent de passer à côté d'un moyen de prévention ou d'un traitement efficace? Car le VIH est loin d’être éradiqué et les organisations de lutte contre le sida attendent des Etats une hausse de leur contribution cette année. Des vies en dépendent. 1,7 million de personnes dans le monde ont été infectées par le VIH l'an dernier.