Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La Turquie lance son offensive terrestre en Syrie

La Turquie lance son offensive terrestre en Syrie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les troupes turques ont commencé leur opération terrestre "Source de paix" dans le nord-est de la Syrie, après des bombardements aériens et un déluge d'artillerie ciblant les forces kurdes qui contrôlent la région. L'armée turque a confirmé le début de l'offensive dans un tweet, précisant plus tard que 181 cibles ont été atteintes.

Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que le but de l'opération est de créer une "zone tampon" débarrassée des milices kurdes, qui pourrait accueillir des réfugiés syriens. "Ensemble, avec tous nos combattants, nous ferons tomber le couloir de la terreur, a déclaré le chef de l'État turc. Nous sommes déterminés. Notre combat n'est pas contre les civils. Aucune mesure ne sera prise contre les civils."

Mais les habitants se sont mis à fuir la zone par milliers tandis que l'aviation turque pilonnait la région. Le bombardement aurait tué huit civils.

Le président Trump a estimé que l'opération d'Ankara était "une mauvaise idée". Pourtant, ce sont ses déclarations contradictoires et le retrait des forces spéciales américaines de certaines zones en début de semaine qui ont ouvert la voie à l'offensive turque. "Nous avons dit au président Erdogan ce que nous en pensons, mais nous parlons aux deux parties et nous examinons ce qui peut être fait, a déclaré l'occupant du bureau Ovale. Nous n'avons pas de soldats dans la zone, nous cherchons à nous sortir de ces guerres sans fin et en fin de compte, quelqu'un doit prendre la décision."

Mais les Kurdes que les États-Unis ont soutenu dans leur combat contre le groupe État islamique, se sentent trahis. De son côté, la Ligue arabe a tenu une réunion d'urgence sur ce qu'elle appelle une "attaque flagrante" contre la souveraineté d'un pays ami.