DERNIERE MINUTE

Offensive turque en Syrie : Erdogan inflexible

Offensive turque en Syrie : Erdogan inflexible
Tous droits réservés
Adem ALTAN / AFP
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Sur les routes du nord-est syrien, des blindés de Moscou ont remplacé les soldats américains.

Des images brandies par la télévision russe, après l'annonce du Kremlin d'envoyer des patrouilles dans la région.

La décision de Washington de retirer ses troupes a laissé le champ libre à l'offensive turque menée contre les Kurdes, depuis près d'une semaine.

Le président turc Recep Tayyip Erodgan exige que les forces kurdes déposent les armes.

Après avoir refusé le dialogue, il doit finalement rencontrer ce jeudi le vice-président américain Mike Pence, dépêché par la Maison Blanche pour tenter d'arracher un cessez-le-feu, aux côtés du secrétaire d'Etat Mike Pompeo.

"L'opération Source de Paix durera jusqu'à ce que nous ayons pu pénétrer sur 30 à 35 kilomètres à l'intérieur des terres, le long de la bande allant de Minbej jusqu'à la frontière irakienne", indique le président turc Rcep Tayyip Erdogan. "Il n'y a pas d'exceptions, ni de doutes, ni d'alternative à ce sujet".

Faute de soutien pour affronter l'armée turque, les milices kurdes, qui ont combattu le groupe Etat Islamique, ont scellé un accord avec le régime syrien. Une situation préoccupante alors que Daech n'est pas vaincu, estime Paris.

Jean-Yves le Drian doit se rendre prochainement en Irak, pour évoquer le sort des djihadistes étrangers. D'après les Nations unies, l'intensité des combats a poussé plus de 160 000 civils à fuir le nord-est de la Syrie, ces derniers jours.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.