EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Droits voisins : La presse française porte plainte contre Google

Droits voisins : La presse française porte plainte contre Google
Tous droits réservés REUTERS/Charles Platiau
Tous droits réservés REUTERS/Charles Platiau
Par Kevin Baptista
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les éditeurs de presse française, en conflit avec Google au sujet des droits voisins, portent plainte contre la firme américaine pour abus de de position dominante

Les éditeurs de presse lancent leur contre-attaque face à Google.

PUBLICITÉ

Ce jeudi l'union des éditeurs de presse nationale, régionale et magazine, française annonce porter plainte contre le moteur de recherche américain auprès de l'Autorité de la Concurrence.

Au cœur de cette querelle, le "droit voisin", instauré par une directive européenne en début d'année.

Le "droit voisin" doit permettre aux éditeurs de presse de négocier avec les géants du numérique une rémunération, en échange de la réutilisation de leurs contenus sur la Toile.

Google qui a toujours refusé de négocier avec la presse française met le secteur au pied du mur.

Désormais ils doivent accepter une réutilisation gratuite des publications sur le moteur de recherche, ou bien se résigner à être moins visibles sur internet.

"Inacceptable" pour le secrétaire d'état français au numérique...et pour les éditeurs de presse qui craignent une chute du trafic sur leurs sites web en cas de refus.

Dans une tribune en ligne, plus de 900 acteurs de la presse européenne dénoncent un abus de position dominante de la part de Google et en appellent à une mobilisation des gouvernements.

De tous les pays membres de l'Union Européenne, la France a été la première a appliquer la directive sur les "droit voisin".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"L'approche unifiée" de l'OCDE pour une taxation des GAFA

La réforme du Droit d'auteur a été définitivement adoptée par le Parlement européen

L'UE inflige une nouvelle amende à Google