DERNIERE MINUTE

Lindsey Vonn : "On peut être bien plus qu'une skieuse"

Lindsey Vonn : "On peut être bien plus qu'une skieuse"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Un titre olympique, huit médailles en championnat du monde, 20 globes de cristal en Coupe du monde dont 4 du général avec un total de 82 victoires. Lindsey Vonn est la skieuse la plus titrée dans l'histoire de ce sport. Et un nouveau prix a récemment étoffé son palmarès. À Oviedo en Espagne, l'Américaine vient de recevoir le Prix "Princesse des Asturies" dans la catégorie sport. Elle nous accorde une interview à cette occasion.

Cinzia Rizzi, euronews :

"En quoi ce prix est-il différent des autres récompenses que vous avez décrochées au cours de votre carrière ?"

Lindsey Vonn, championne du monde et olympique de ski alpin :

"Je crois que ce prix est probablement le plus mondial, même s'il est décerné en Espagne. Je me dis qu'il signifie tellement de choses pour moi en tant que personne. Il n'est pas uniquement lié au sport, mais à ce que j'essaie de faire pour l'avenir avec ma fondation. Donc pour moi, cela représente beaucoup de figurer parmi ses lauréats qui ont tous fait des choses incroyables pour le monde et pour l'avenir. C'est véritablement un honneur de le recevoir."

Cinzia Rizzi :

"En février dernier, vous avez annoncé la fin de votre carrière. Je rappelle que vous avez dû affronter toute une série d'obstacles pour arriver au plus haut niveau dont de nombreuses blessures - de trop nombreuses blessures -. Quand vous avez annoncé que vous raccrochiez les skis, vous avez dit : "Mon corps me crie d'arrêter". Dans quelle mesure est-ce difficile pour vous d'être privée de compétitions ?"

Lindsey Vonn :

"Je savais que je devrais prendre cette décision un jour, mais au moment où on la prend, c'est difficile, vous savez. C'est ce que j'ai fait toute ma vie, j'ai été une skieuse professionnelle pendant vingt ans et je suis très fière de ce que j'ai accompli pendant ma carrière. Mais j'ai eu trop de blessures et j'ai réalisé qu'il y avait une vie après le ski et beaucoup d'opportunités à saisir. Mais je dois simplement trouver une nouvelle voie et une nouvelle passion. Et j'ai hâte de vivre cette nouvelle aventure."

"Mon corps m'a dit : Ça suffit"

Cinzia Rizzi :

"Regrettez-vous votre décision de quitter le circuit aujourd'hui ?"

Lindsey Vonn :

"Je n'avais pas vraiment le choix. [Rires] Mon corps m'a dit : 'Ça suffit'. Et vous savez, je suis un peu folle, mais pas au point de continuer... Je connais mes limites et il est clair que je les avais atteintes. Donc il était temps pour moi de passer à autre chose."

Cinzia Rizzi :

"Quel est votre plus grand regret ? Y a-t-il quelque chose que vous auriez voulu accomplir... dans votre carrière de skieuse, évidemment ?"

Lindsey Vonn :

"Mon plus grand regret, c'est de ne pas avoir battu le record de la Coupe du monde : Ingemar Stenmark a remporté 86 victoires et moi, 82. Mais je dois mettre les choses en perspective. On peut toujours regarder en arrière et se dire : "Et si... Et si..." Mais quand on se pose sans cesse des questions comme ça, on devient folle..."

"Je voulais vraiment concourir avec les hommes"

Cinzia Rizzi :

"Et que pensez-vous du fait qu'on ne vous ait pas autorisé à skier avec les hommes ?"

Lindsey Vonn :

"Ça a été probablement l'une des choses les plus frustrantes de ma carrière, avec le fait de ne pas battre le record en coupe de monde. Je voulais vraiment concourir avec les hommes parce qu'ils sont plus rapides que les femmes et je voulais progresser. L'idée, ce n'était pas d'avoir une confrontation hommes-femmes, mais c'était simplement parce que les hommes ont de meilleurs résultats et que je voulais me confronter aux meilleurs."

Cinzia Rizzi :

"Quel est le meilleur souvenir de votre incroyable carrière ?"

Lindsey Vonn :

"Je crois que mon meilleur souvenir, c'est ma victoire aux Jeux olympiques en 2010. Parce qu'elle a représenté pour moi, beaucoup plus qu'un titre olympique. Cette victoire, je l'ai décrochée pour ma famille. Mes proches ont sacrifié tellement pour que j'atteigne un tel résultat. Cette victoire, c'était celle de nous tous."

"Je n'étais pas dans le moule traditionnel"

Cinzia Rizzi :

"Selon vous, qu'allez-vous laisser en héritage au monde du ski alpin et au sport en général ?"

Lindsey Vonn :

"J'espère que je transmettrai cette idée que l'on peut être bien plus qu'une skieuse. Au cours de ma carrière, beaucoup de gens étaient très sceptiques sur ce que j'étais, sur le fait que j'aimais communiquer dans les médias - or c'est quelque chose d'utile dans le sport -. Je suis aussi quelqu'un de très ouvert et de sincère et je n'étais pas dans le moule traditionnel. Donc, selon moi, on peut être soi-même, on peut rester féminine, on peut continuer d'être une athlète en étant tout cela en même temps."

Cinzia Rizzi :

"De quelle manière le monde du ski alpin féminin a-t-il évolué au fil des ans ?"

Lindsey Vonn :

"Le monde du ski féminin a beaucoup changé au cours de ma carrière. Il était plus conservateur quand j'ai commencé. Et quand j'ai arrêté, les compétitions féminines faisaient plus d'audience que celles des hommes. C'est quelque chose d'énorme, c'est un immense progrès."

"Il faut partager les recettes publicitaires avec les athlètes féminines"

Cinzia Rizzi :

"Parlons d'un sujet délicat comme l'écart salarial hommes-femmes dans le sport. On peut dire que le ski est l'un des rares sports où les dotations des récompenses sont les mêmes pour les hommes et les femmes. Mais il y a encore beaucoup à faire pour aller vers cette égalité dans le sport en général. D'après vous, quelle pourrait être la solution ?"

Lindsey Vonn :

"Partager les recettes de la publicité avec les athlètes pourrait être une piste intéressante. Prenez l'équipe de foot féminine américaine : ses matchs ont été beaucoup plus suivis [ndlr : lors de la dernière Coupe du monde] que ceux des hommes. Or aucune de ces femmes n'a vu la couleur de ces profits. Ou si ça a été le cas, seules deux ou trois membres de l'équipe étaient concernées. Donc je crois qu'il faut trouver comment partager ce que d'autres entreprises gagnent avec les athlètes et cela renforcera chez eux, le sentiment d'appartenir à un groupe. Ils veulent tous faire évoluer le monde du sport dans le bon sens et cette démarche les unira davantage."

"Mikaela Shiffrin va marquer la nouvelle saison"

Cinzia Rizzi :

"Cette nouvelle saison de Coupe du monde sera la première à débuter sans deux légendes..."

Lindsey Vonn :

"Trois en réalité : Aksel Lund Svindal, Marcel Hirscher et moi."

Cinzia Rizzi :

"Oui, c'est vrai. Trois, en réalité. Alors comment les choses vont-elles se présenter d'après vous ?"

Lindsey Vonn :

"Je crois qu'on verra de nouvelles stars émerger. Chaque année, de nouveaux athlètes montent sur les podiums. L'an dernier, nous avons eu Alice Robinson venue de Nouvelle-Zélande qui s'est distinguée à seulement 16 ans. Il y a toujours quelqu'un de nouveau qui fait parler de lui. Mais je pense que Mikaela Shiffrin sera évidemment celle qui marquera la Coupe du monde et c'est génial : elle est Américaine ! Donc j'espère qu'elle aura encore la même réussite et ce sera aussi intéressant de voir d'autres femmes et hommes se retrouver en pleine lumière."

Cinzia Rizzi :

"Et selon vous, sera-t-elle capable de vous surpasser en remportant plus de 82 victoires ?"

Lindsey Vonn :

"Oui, absolument. Elle a seulement 24 ans et elle a déjà 60 victoires à son actif. Donc la seule chose sur laquelle elle doit se concentrer maintenant, c'est rester en bonne santé. Ça a été mon problème au cours de ma carrière. Les compétitions de ski sont malheureusement très imprévisibles et tout peut basculer très vite. Mais je crois qu'elle va battre mon record très facilement et qu'elle pourra aussi aller jusqu'à battre celui d'Ingemar Stenmark."

Un mémoire, une ligne cosmétique, un film... et un mariage !

Cinzia Rizzi :

"Je reviens à votre retraite sportive. Que faites-vous en ce moment ?"

Lindsey Vonn :

[Rires] "Beaucoup de choses ! Je suis en train de terminer mon mémoire, je lance ma ligne de produits de beauté pour femmes actives et je participe à la production d'un film. Donc j'ai plein de choses en cours et... Puis, je suis fiancée, donc j'essaie d'organiser notre mariage... J'essaie même si je ne sais pas encore quand et où on va se marier ! C'est une période très intense pour moi en ce moment. Il y a des jours où le ski me manque, des jours où je me sens un peu perdue. Mais de manière générale, je trouve que je suis dans une bonne période et j'ai hâte de vivre toutes les nouvelles opportunités qui s'offrent à moi."

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.