DERNIERE MINUTE

Boris Johnson tient ses législatives anticipées, mais...

Londres, Westminster, le 29/10/2019.
Londres, Westminster, le 29/10/2019. -
Tous droits réservés
REUTERS/Yara Nardi
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Si tout se passe comme prévu, dans une semaine ce parlement britannique ne sera plus. Ce mercredi, la chambre des Lords doit à son tour approuver l'organisation d’élections générales anticipées, la dissolution aura alors lieu dans 8 jours. La quatrième tentative de Boris Johnson aura donc été la bonne. Et même s'il ne lui lui fallait plus qu'une majorité simple pour ce vote, c'est un plébiscite des députés qu'il a obtenu : 438 pour, 20 contre.

Juste avant que les députés se prononcent, le Premier ministre avait joué la corde sensible des dommages économiques et démocratiques infligés au pays par ce qu'il qualifie d'obstruction parlementaire au Brexit :

"Nous n'avons plus maintenant d'autre choix que de sortir de cette impasse et de nous soumettre comme nous le devons, en toute humilité, au jugement de l'électorat. Et cela pour nous permettre de plaider notre cause et, surtout, pour permettre à un nouveau parlement revitalisé avec un nouveau mandat, de respecter la volonté du peuple et de faire en sorte que Brexit se réalise."

Mais ce qui a surtout pesé dans la balance, c'est la certitude pour les travaillistes que la Grande-Bretagne ne sortirait pas de l'Union européenne sans accord après l'allongement du délai de sortie de 3 mois accordé par les 27 lundi. Jeremy Corbyn semblait déjà en campagne électorale :

"Les Travaillistes soutiennent des élections générales, parce nous voulons que ce pays soit débarrassé de ce gouvernement conservateur insouciant et destructeur. Un gouvernement,qui a fait en sorte qu'un plus grand nombre de nos enfants vivent dans la pauvreté, qu'un plus grand nombre de retraités vivent dans la pauvreté et que les travailleurs pauvres soient plus nombreux."

Pour l'heure, les conservateurs de Johnson ont 10 points d'avance sur les Travaillistes dans l'opinion publique. Mais cet interminable Brexit a fatigué et enragé des pans entiers de l'électorat , rendant le résultat des législatives imprévisible :

"Quelque chose doit se passer parce que je suis, comme la plupart des gens de ce pays, malade et fatigué de ce Brexit" explique Wayne Sherraat de Manchester.

"Je vais probablement voter, mais je ne sais pas encore pour qui, je ne sais pas pourquoi", témoigne Jessica Fuller de Londres.

Ce sera la première fois depuis près d'un siècle que les Britanniques se rendent aux urnes en décembre.

Boris Johnson se veut confiant, mais rien ne dit qu'il récupérera une majorité pour gouverner et mener comme il l'entend le Brexit.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.