DERNIERE MINUTE

Oups, la boulette ! Le drapeau russe à l'envers sur le maillot de l'équipe de football

Le nouveau maillots de l'équipe russe, et ses fameuses bandes à l'envers, photographié dans un magasin Adidas à Moscou, le 13 novembre 2013
Le nouveau maillots de l'équipe russe, et ses fameuses bandes à l'envers, photographié dans un magasin Adidas à Moscou, le 13 novembre 2013 -
Tous droits réservés
Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Adidas, nul en... bannière nationale ? L'équipementier sportif allemand est au cœur d'une polémique en Russie, pour avoir représenté à l'envers le drapeau du pays sur le nouveau maillot de l'équipe nationale de football.

En conséquence, la Fédération russe de football a indiqué que la Sbornaïa allait enfiler son ancienne tunique lors de ses derniers matches de qualifications pour l'Euro 2020.

Sur le nouveau maillot, déjà en vente mais qui va vraisemblablement être retiré des rayons, les bandes au bout des manches sensées représenter le drapeau russe sont dans le mauvais sens : rouge-bleu-blanc au lieu de blanc-bleu-rouge. Et en l’occurrence rouge-bleu-blanc, c'est le drapeau... de la Serbie.

Avec donc leurs vieux maillots, les Russes, deuxièmes du groupe I et déjà qualifiés pour le prochain Euro, affronteront samedi la Belgique à Saint-Pétersbourg puis se déplaceront le 19 novembre à Saint-Marin.

Quant à Adidas, la Fédération russe a indiqué qu'un rendez-vous avait été pris avec l'équipementier pour parler textile et drapeau.

Décidément, ces qualifications nous réservent bien des surprises... extra-sportives. Le 7 septembre dernier, la Fédération française de football avait fait une belle bourde en confondant l'hymne de l’Albanie, l'adversaire ce soir-là des Bleus, avec celui de la principauté d’Andorre que les joueurs de Didier Deschamps allaient rencontrer quelques jours plus tard. Et ce malaise, déjà gênant en soit, avait été accentué par le speaker du Stade de France qui avait, lui, fait ses excuses aux "supporters arméniens" pour la maladresse.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.