EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Iran : l'ayatollah Khamenei rejette les manifestations et soutient le gouvernement

Iran : l'ayatollah Khamenei rejette les manifestations et soutient le gouvernement
Tous droits réservés REUTERS/Morteza Nikoubazl
Tous droits réservés REUTERS/Morteza Nikoubazl
Par Maxime Biosse Duplan
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ayatollah Khamenei soutient la décision du gouvernement iranien d'augmenter les prix de l'essence. Le chef suprême iranien qualifie aussi les manifestants qui protestent violemment contre cette décision de "voyous contre-révolutionnaires et soutenus par l'étranger".

PUBLICITÉ

L'ayatollah Khamenei soutient la décision du gouvernement iranien d'augmenter les prix de l'essence. Le chef suprême iranien qualifie aussi les manifestants qui protestent violemment contre cette décision de "voyous contre-révolutionnaires et soutenus par l'étranger". De quoi, peut-être, appuyer la police iranienne et donner le signal d'une répression plus forte après trois jours de manifestations dans tout le pays.

Deux hommes au moins sont morts dans les violences, un policier selon les médias nationaux, et un civil, à Sirjan, dans le Sud.

En signe de protestation après la hausse annoncée vendredi d'au moins 50% du prix de l'essence, certains automobilistes ont abandonné leur voiture au milieu de la route, entraînant des embouteillages monstres.

Dans une tentative sans doute de ralentir la propagation des manifestations, les autorités iraniennes ont restreint voire coupé l'accès à internet dans plusieurs villes du pays.

L'Iran traverse en ce moment une sévère crise économique, aggravée de surcroît par les sanctions américaines, et le FMI prévoit une baisse du PIB de 9,5% cette année.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Manifestations : l'Iran accuse l'étranger de "complot"

Au Pakistan, une marche pour la paix se termine dans un bain de sang

No Comment : les étudiants manifestent à Dacca depuis plusieurs jours