PUBLICITÉ

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

AP
AP Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Lors d’une réunion de campagne consacrée aux Américains d'origine asiatique, Joe Biden a accusé le Japon et l’Inde d'être « xénophobes ». Une déclaration surprenante, car les deux pays sont des alliés diplomatiques.

PUBLICITÉ

Ces remarques, faites mercredi soir lors d'une soirée de collecte de fonds pour la campagne, sont intervenues trois semaines seulement après que la Maison-Blanche a accueilli le Premier ministre japonais Fumio Kishida, qui a effectué une visite officielle en grande pompe, au cours de laquelle les deux dirigeants ont célébré ce que M. Biden a appelé une "alliance indéfectible", en particulier sur les questions de sécurité internationale.

La Maison-Blanche avait également accueilli le Premier ministre indien Narendra Modi pour une visite d'État l'été dernier.

Le Japon est un allié essentiel des États-Unis. Et l'Inde, l'une des économies à la croissance la plus rapide au monde, est un partenaire essentiel dans la région indopacifique, malgré des divergences sur les droits de l'homme.

"Pourquoi ? parce que nous accueillons les immigrés", a déclaré M. Biden. "Réfléchissez. Pourquoi la Chine connaît-elle une telle stagnation économique ? Pourquoi le Japon a-t-il des difficultés ? Pourquoi la Russie ? Pourquoi l'Inde ? Parce qu'ils sont xénophobes. Ils ne veulent pas d'immigrés".

Le président a ajouté : "Les immigrés sont ce qui nous rendent forts. Ce n'est pas une blague. Ce n'est pas une hyperbole, parce que nous avons un afflux de travailleurs qui veulent être ici et qui veulent contribuer".

Tokyo et New Delhi n'ont pas réagi

Les gouvernements japonais et indien n'ont pas réagi dans l'immédiat. Le porte-parole de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale, John Kirby, a déclaré que M. Biden faisait une remarque plus générale sur la position des États-Unis en matière d'immigration.

"Nos alliés et nos partenaires savent concrètement à quel point le président Biden les apprécie, apprécie leur amitié, leur coopération et les capacités qu'ils apportent dans toute une série de domaines, pas seulement en matière de sécurité", a déclaré M. Kirby jeudi matin, interrogé sur les remarques "xénophobes" de M. Biden. "Ils comprennent à quel point il apprécie totalement l'idée d'alliances et de partenariats." A t-il ajouté.

Les commentaires de M. Biden sont intervenus au début du Mois du patrimoine des Américains d'origine asiatique et des insulaires du Pacifique, et il a été présenté lors de la collecte de fonds par la sénatrice Tammy Duckworth (Illinois), l'un des deux sénateurs d'origine asiatique américaine. Elle est la coprésidente nationale de sa campagne de réélection.

Le Japon a reconnu les problèmes liés à la diminution de sa population, et le nombre de bébés nés dans le pays en 2023 a diminué pour la huitième année consécutive, selon des données publiées en février.

Fumio Kishida a qualifié le faible taux de natalité au Japon de "plus grande crise à laquelle le Japon est confronté" et le pays a longtemps été connu pour sa position plus fermée sur l'immigration, bien que le gouvernement de Kishida ait, ces dernières années, modifié ses politiques pour faciliter la venue de travailleurs étrangers au Japon.

Discrimination des musulmans

Entre-temps, la population de l'Inde a augmenté pour devenir la plus importante du monde. Les Nations unies ont déclaré qu'elle était en passe d'atteindre 1,425 milliard d'habitants.

Sa population est également plus jeune. Au début de cette année, l'Inde a promulgué une nouvelle loi sur la citoyenneté, qui accélère la naturalisation des hindous, des parsis, des sikhs, des bouddhistes, des jaïns et des chrétiens qui ont fui l'Afghanistan, le Bangladesh et le Pakistan pour se réfugier en Inde.

Elle exclut toutefois les musulmans, qui sont majoritaires dans ces trois pays. C'est la première fois que l'Inde fixe des critères religieux pour l'obtention de la citoyenneté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Joe Biden choque la Papouasie-Nouvelle-Guinée après des propos sur du cannibalisme

Vladimir Poutine dit préférer Joe Biden à Donald Trump à la Maison Blanche

Les questions sur la santé de Joe Biden relancées par un procureur