DERNIERE MINUTE

De fortes répliques sismiques compliquent l'aide et les recherches en Albanie

De fortes répliques sismiques compliquent l'aide et les recherches en Albanie
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A Durrës, 2 000 Albanais ont passé leur seconde nuit dehors sous les tentes dans l'enceinte du stade de football... Un campement provisoire qui s’agrandit petit à petit, de plus en plus d'habitants cherchant un endroit où s'abriter deux jours après le tremblement de terre.

"Pourquoi devrais-je retourner chez moi, j'ai peur. J'y suis juste retourné pour aller chercher des médicaments et il y a une nouvelle secousse", explique Meria Mehia, 63 ans.

Les répliques continuent de secouer le pays qui a décrété l'état d'urgence pour 30 jours dans les deux villes les plus durement touchées Durrës et Thumane. Au moins 30 personnes ont été retrouvées mortes et 45 ont pu être extraites des décombres par les secours.

Hier, le président du Kosovo voisin Hashim Thaci s'est rendu à Thumane pour exprimer sa solidarité avec les Albanais après avoir décrété une journée de deuil national. Il a lui-même vécu une des innombrables répliques...

Rechercher des survivants, mettre à l'abri les milliers de personnes désormais sans endroit sûr où aller, la tâche des autorités albanaises est vaste. Le premier ministre albanais a annoncé que les sans-abris seraient relogées dans des hôtels, et promis de nouvelles habitations pour 2020 :

"C'est un peu le chaos, si l'on peut dire. Mais en terme de besoin premier de la population, tout se met en place, les institutions gouvernementales et les ONG s'activent pour essayer d'aider les gens", explique Fatos Xengo de la Croix-Rouge albanaise.

Plus de 200 experts italiens, grecs, serbes et français équipés de chiens et d'appareils spécialisés sont venus aider les secours albanais dans cette course contre la montre compliquée par les répliques sismiques.

A Durrës, selon la mairie, 27 immeubles ont été endommagés. Le tremblement de terre a aussi blessé 650 personnes.

Compte tenu de la situation, il est heureux que les températures restent bien au-dessus des 10 degrés. Mais les pluies annoncées pourraient bien compliquer un peu plus les recherches de survivants et rendre la vie plus difficiles aux sinistrés.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.