DERNIERE MINUTE

Hong Kong : la Chine voit rouge et critique le soutien des États-Unis aux manifestants

Hong Kong : la Chine voit rouge et critique le soutien des États-Unis aux manifestants
Taille du texte Aa Aa

La Maison Blanche a fini par franchir le pas, quitte à froisser la Chine. Donald Trump a promulgué deux lois sur les événements à Hong Kong. La première menace de suspendre le statut économique spécial accordé par les États-Unis au territoire si les droits des manifestants ne sont pas respectés. La seconde interdit la vente à la police hongkongaise de matériel anti-émeutes.

La réaction de la Chine a été immédiate et virulente. Le ministère des Affaires étrangères a accusé les textes de soutenir « des actes commis par des criminels violents » et a menacé Washington de représailles.

Une escalade diplomatique alors que le siège du campus devenu le symbole de la contestation depuis deux semaines a pris fin. Le militant Joshua Wong en appelle au soutien de la communauté internationale.

Les gens se demandent peut-être : est-ce qu'il s'agit d'une interférence étrangère dans les affaires de Hong Kong ? Ma réponse est que la reconnaissance de Hong Kong en tant que ville mondiale est essentielle pour que des alliés internationaux et la communauté internationale reconnaissent le statut unique de Hong Kong en tant que centre financier et ville mondiale.
Joshua Wong
militant "pro-démocratie"

Dimanche dernier, les candidats pro-démocratie ont remporté une large victoire lors d'élections locales et si le mouvement de contestation s'est apaisé, plus d'un millier de personnes ont été arrêtées la semaine dernière dans l'ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine il y a 22 ans.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.