DERNIERE MINUTE

London Bridge : un quartier en convalescence

London Bridge : un quartier en convalescence
Tous droits réservés
REUTERS
Taille du texte Aa Aa

Le secteur de London Bridge se remet peu à peu de l'attaque au couteau de vendredi. Certains des habitants songent à quitter le quartier, touché deux fois par le terrorisme en à peine plus de deux ans.

"Ils disent que ça ne peut pas se produire deux fois au même endroit, mais en fait c'est arrivé"

"Les gens ressentent la même chose qu'en 2017, il y a comme une impression de déjà vu" explique Amir Eden, représentant des résidents du quartier. "Ils disent que ça ne peut pas se produire deux fois au même endroit, mais en fait c'est arrivé".

Malgré la morosité ambiante, certains constatent un élan de solidarité. "Bizarrement, cela a permis de rassembler beaucoup de monde, comme une sorte de grande famille. Les gens se rapprochent et se soutiennent" confie Jock Stark, commerçant du célèbre Borough Market.

Depuis vendredi, le quartier est bouclé et le London Bridge devrait rester fermé tant que les investigations continuent. Les patrouilles de polices vont augmenter autour du cordon de sécurité et dans l'ensemble de la capitale britannique.

Une plaie réouverte

"Il faut vraiment aider le processus de guérison, mais quand une plaie a été rouverte, c'est très pénible" explique Andrew Dunn, révérend de la cathédrale de Southwark. "Nous pouvons recevoir les gens, pour leur parler et prier avec eux [...] Je suis aussi très soucieux des familles des huit personnes qui sont décédées il y a deux ans et demi. Vous imaginez ce qu’elles doivent endurer".

L'attaque de vendredi a fait deux victimes. L'assaillant est un ancien prisonnier déjà condamné pour terrorisme. L'homme, en liberté conditionnelle depuis décembre 2018 a été abattu par les forces de l'ordre.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.