DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Hongrie : les théâtres sous contrôle

euronews_icons_loading
Hongrie : les théâtres sous contrôle
Taille du texte Aa Aa

Les théâtres en Hongrie vont-ils perdre leur indépendance artistique ? C'est la question après l'adoption ce mercredi au parlement de Budapest de cette loi controversée : elle renforce la tutelle de l'état sur les nominations et la gestion des théâtres subventionnés.

La plupart des théâtres hongrois sont gérés par les municipalités, mais la plus grosse part du financement vient du gouvernement. Ce dernier aura donc le pouvoir de stopper les subventions, ou changer de directeur, si la programmation artistique lui déplaît par exemple.

_ "Eh bien, si la mairie n'assume pas la responsabilité de son théâtre, c'est à dire si elle n'assure pas son financement, alors nous ne comprenons pas vraiment pourquoi elle a besoin de ce théâtre, s_'emporte le député du FIDESZ, László L.SIMON. Qu'est-ce qu'ils croient ? Que l'État donne simplement l'argent et qu'ils en font ce qu'ils veulent ?"

L'opposition qui a manifesté contre cette loi dans l'hémicycle fait remarquer qu'aucun des conseils municipaux ne peut financer ses théâtres par ses propres moyens, de sorte qu'ils n'ont pas vraiment le choix.

"Pendant ses neuf années de règne, quand les maires de Budapest et des villes les plus importantes appartenaient au FIDESZ, le parti de la majorité, l'Etat n'est jamais intervenu dans la nomination des directeurs de théâtre, remarque Bence TORDAI, député du parti d'opposition Párbeszéd. Maintenant que le FIDESZ a perdu plusieurs villes, y compris la capitale, comme par hasard, il est soudain extrêmement important que l'Etat ait son mot à dire dans la nomination des directeurs de théâtre."

Une version du projet de loi avait fuité et envoyé des centaines d'amoureux de théâtre dans la rue, furieux que l'Etat puisse contrôler la création artistique. L e maire de Budapest, dans l'opposition, a promis que sa ville financera seule ses théâtres, pour s'affranchir de la tutelle de l'Etat ultra-conservateur de Viktor Orban.