DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Glamping et nature sauvage : l'expérience du désert du Namib en Angola

Glamping et nature sauvage : l'expérience du désert du Namib en Angola
Taille du texte Aa Aa

Le désert du Namib s'étend sur 2000 km et traverse trois pays : l'Angola, la Namibie et l'Afrique du Sud. La province angolaise de Namibe, en particulier, dispose d'un fort potentiel pour les touristes et les investisseurs.

Nous entamons notre visite au bord de l'océan Atlantique dans une grotte spectaculaire. Juste au-dessus, le lodge éco-touristique appelé Praia do Soba - "la plage du chef" - offre un panorama imprenable sur les falaises de grès forgées par la nature.

"Dernier paradis perdu"

Cet ensemble de huttes a été construit par une famille bien décidée à investir sur place. "C'était le dernier paradis perdu de l'Angola car personne ne connaissait cet endroit, il n'y avait pas de route, pas d'accès," raconte Andrea Martins, la copropriétaire. "Mon "Crocodile Dundee" - mon père qui est un peu le "Crocodile Dundee" angolais - est arrivé ici, il a tracé une route et il a découvert cet endroit incroyable," précise-t-elle. À ce moment-là, en raison de la pente, "sa jeep s'est renversée et a atterri en contrebas des falaises," poursuit-elle.

Andrea Martins nous indique ensuite les agrandissements prévus sur place : "On veut construire un plus grand restaurant, une salle de conférences, d'autres chambres et on veut proposer une offre glamping pour que toutes sortes de gens viennent ici. Le glamping, c'est la nouvelle tendance dans la catégorie luxe," dit-elle.

Agrandissement du port de Namibe

Mais d'autres paysages spectaculaires nous attendent. Nous prenons la direction les dunes désertiques en empruntant le Corridor des Marées.

Le désert du Namib vaut bien son appellation de "vaste étendue" en langage local. Cette zone désertique s'étend sur plus de 80.000 km², du parc national de Yona en Angola jusqu'au désert du Kalahari en Afrique du Sud en passant par la Namibie.

Mais avant d'aller plus loin dans les terres, nous faisons étape au port de Namibe où l'entreprise japonaise Toyota prévoit de dépenser quelque 500 millions d'euros pour doubler la taille de ce port desservi par une voie ferrée et pour le doter de nouvelles installations destinées aux habitants et aux visiteurs.

_"Le port sera d'une grande utilité pour les bateaux de croisière parce qu'aujourd'hui, nous n'avons pas les conditions pour accueillir ce type de navires et des touristes,"_ souligne Nuno Borges da Silva, président de Toyota Angola. "Mais quand il sera prêt, ce sera magnifique et on pourra aussi y amarrer de gros bateaux," assure-t-il. "Aujourd'hui, les étrangers peuvent investir dans ce pays sans avoir de partenariat avec des Angolais, le pays est plus ouvert," fait-il remarquer.

Dans le port, des blocs de granit sont embarqués sur un cargo. Preuve que l'économie locale va bien au-delà du tourisme. Et en nous rendant à l'intérieur des terres, nous découvrons d'où ces blocs proviennent. Ils sont acheminés depuis une carrière qui destine ses pierres à l'export ou les expédie à travers l'Angola pour être transformées. Cette activité est un exemple de la diversification économique du pays. La province angolaise de Namibe est riche en or, cuivre, manganèse, chrome, étain et marbre.

Glamping et vie locale

Nous reprenons notre safari pour rejoindre, près du village de Virei, un bivouac très bien équipé. C'est une autre déclinaison du concept de glamping.

L'entreprise qui propose ce circuit a été cofondée par un Sud-Africain, ancien chef d'entreprise dans l'extraction de la pierre.

"J'ai énormément voyagé pendant ces 18 dernières années dans toute l'Afrique australe et plus récemment en Angola et nous avons visité toutes sortes d'endroits en dehors des sentiers battus, des sites inexplorés," explique Martin Bremer, copropriétaire de Uncharted Angola avant d'ajouter : "Cela nous a paru naturel de commencer à amener des gens dans cette région."

La visite donne l'occasion de rencontrer la tribu nomade locale des Ovakuvale. Ces derniers nous emmènent un peu plus haut, visiter leur campement.

Selon Martin Bremer, l'Angola comparé aux autres pays d'Afrique australe est un territoire vierge propice aux investissements dans le tourisme. "C'est un pays ouvert, c'est devenu beaucoup plus facile d'y nouer des partenariats," estime-t-il. "Ils ont changé de nombreuses législations pour faciliter les investissements et il y a de grandes entreprises qui sont présentes en Angola," affirme-t-il.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.