DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Destitution de Donald Trump : vote historique au Congrès

euronews_icons_loading
Destitution de Donald Trump : vote historique au Congrès
Tous droits réservés  AP Photo/Jon Elswick
Taille du texte Aa Aa

Aux Etats-Unis, tous les regards sont tournés aujourd'hui vers la Chambre des représentants pour un vote qualifié d'historique dans la procédure d'impeachement de Donald Trump.

Démocrates, majoritaires, et républicains devraient débattre pendant six heures avant d'adopter deux articles de mise en accusation formelle du président américain pour abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

En cause, un échange téléphonique avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky à qui il aurait demandé d'enquêter sur son probable rival démocrate dans la course à la Maison-Blanche, Joe Biden, en échange d'une aide militaire américaine accordée à Kiev.

Des accusations niées en bloc par Donald Trump qui, à la veille de ce vote, a rédigé une lettre au vitriol dans laquelle il évoque "un acte anticonstitutionnel et un abus de pouvoir sans précédent de la part des démocrates".

Il les accuse d'avoir cédé au chantage de la frange d'extrême-gauche du parti, "la plus dérangée et la plus radicale" selon ses termes.

D'après lui, ses adversaires n'ont pas digéré leur défaite dans les urnes en 2016 et il ajoute que "le peuple américain les tiendra pleinement responsables lors de l'élection de 2020."

Avant lui, seulement deux autres présidents ont fait l'objet d'une telle procédure de destitution : Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, Richard Nixon ayant préféré démissionner suite au scandale du Watergate en 1974.

Donald Trump, qui se présente volontiers en victime d'une "croisade vicieuse", espère que tout cela favorisera in fine sa réélection l'an prochain dans un pays profondément divisé entre ses partisans et ses détracteurs.

Après le vote de la Chambre basse, qui sera sans doute une simple formalité, il reviendra au Sénat d'organiser le procès du président, probablement le mois prochain.

Mais les républicains, qui y détiennent la majorité, ont d'ores et déjà prévenu qu'il serait acquitté.