DERNIERE MINUTE

Décès du général Gaïd Salah, l'Algérie à la croisée des chemins

Décès du général Gaïd Salah, l'Algérie à la croisée des chemins
Tous droits réservés
Capture écran
Taille du texte Aa Aa

C'était l'homme fort de l’Algérie. Après quinze années passées à la tête de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah est mort ce lundi d'une crise cardiaque.

Depuis qu'il avait poussé à la démission Abdelaziz Bouteflika en avril dernier, il tenait fermement les rênes du pays et avait écarté tous ceux qui pouvaient lui faire de l'ombre. Avec son décès, s'ouvre une période d'incertitude. Comment l'armée, omniprésente en Algérie, va-t-elle réagir ? Impossible de le savoir pour l'instant, comme l'explique Francis Ghilès, chercheur affilié au Barcelona Centre for International Affairs (Cidob) de Barcelone .

"Le système économique est à bout de souffle. A moment ou à un autre, il va falloir faire des réformes. Va-t-on faire des réformes contre le peuple, encore concentrer le pouvoir, ou aller vers une ouverture, pas forcément la démocratie immédiatement, mais vers une élection présidentielle qui représente l'Algérie".

Depuis dix mois chaque vendredi des dizaines de milliers de personnes réclament la fin d'un régime jugé corrompu et inefficace. Il y a quelques jours, un nouveau président prenait pourtant ses fonctions : Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, ancien Premier ministre.

Son élection a été très largement contestée par les Algériens mais soutenu par Gaïd Salah. Sa mort pourrait donc être un tournant et ce des deux côtés de la méditerranée.

"Est-ce que la direction algérienne va comprendre qu'on est plus dans le monde d'avant hier...De la même façon, est-ce que du côté de Paris on va se dire que peut-être une Algérie plus démocratique, moins corrompue, ne serait pas une bonne chose pour la sécurité de l'Europe, de la France et de toute la méditerranée occidentale", analyse Francis Ghilès.

Seule réaction du pouvoir ces dernières heures, la proclamation de trois jours de deuil national et la nomination d'un nouveau chef d'état-major âgé de 74 ans, le général Chengriha. L’Algérie à la croisée des chemins n'a pas encore choisi la route à emprunter.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.