DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La cathédrale Notre Dame sauvée à 50% d'après le recteur Patrick Chauvet

Pas de messe de Noël à Notre Dame, une première depuis la révolution française
Pas de messe de Noël à Notre Dame, une première depuis la révolution française   -   Tous droits réservés  Thibault Camus AP
Taille du texte Aa Aa

Interrogé à l'occasion de la messe de Noël, le recteur de Notre Dame Monseigneur Patrick Chauvet a affirmé que la cathédrale n'était sauvée qu'à "50%". "Aujourd'hui, elle n'est pas hors de danger. Elle sera hors de danger quand on aura enlevé l'échafaudage" affirme-t-il.

"Il y a toujours un risque, c'est-à-dire qu'elle est aujourd'hui sauvée à 50%. Mais il y a 50% qui fait que si l'échaudage tombe sur les voûtes, ce sont trois voûtes qui vont tomber. Le bâtiment est encore très fragile", explique-t-il.

Thibault Camus AP
Monseigneur Patrick Chauvet dans l'église Saint-Germain l'Auxerrois , le 24 décembre 2019Thibault Camus AP

L'échafaudage en question avait été installé avant l'incendie du 15 avril 2019 pour les travaux de rénovation du toit. N'ayant plus de toit pour maintenir la structure en pierre massive stable, les voûtes de la cathédrale sont cruciales pour la maintenir debout, mais elles sont vulnérables.

Quelque 50 000 tubes d'échafaudage sillonnaient l'arrière de l'édifice au moment de l'incendie, et certains ont été endommagés. Les supprimer sans causer d'autres problèmes est l'une des parties les plus difficiles de l'effort de nettoyage.

"Nous devons retirer complètement l'échafaudage afin de rendre le bâtiment sûr, donc en 2021, nous commencerons probablement la restauration de la cathédrale", déclare Monseigneur Chauvet. "Une fois l'échafaudage retiré, nous devons évaluer l'état de la cathédrale, la quantité de pierres à retirer et à remplacer."

Les visiteurs ne pourront pas entrer dans l'édifice avant trois ans d'après le recteur, qui précise que la restauration complète prendra plus de temps. Le président français Emmanuel Macron souhaitait voir la Cathédrale reconstruite d'ici 2024, lorsque Paris accueillera les Jeux olympiques, mais les experts doutent de pouvoir tenir ce délai.

Autre problème : l'incendie a libéré des tonnes de poussières de plomb toxiques. Des tests sont menés pour déplomber les 26 chapelles de la cathédrale.