DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'ONU condamne les violations des droits de l'homme contre les Rohingyas

euronews_icons_loading
L'ONU condamne les violations des droits de l'homme contre les Rohingyas
Tous droits réservés  AP / Bernat Armangue
Taille du texte Aa Aa

À l'assemblée générale de l'ONU, c'est dans une ambiance feutrée, avec des listes et des écouteurs que l'on dénonce des scandales humanitaires. Ce vendredi, les états membres ont adopté, à une large majorité, une résolution qui tardait à arriver : une condamnation officielle des violations des droits de l'homme des rohingyas musulmans, persécutés par les forces birmanes depuis plus de deux ans.

Le texte cite les arrestations arbitraires, la torture, le viol et les morts en détention.

Présent dans l'hémicycle, l'ambassadeur birman à l'ONU avait préparé ses arguments : "Ce texte n'est rien d'autre qu'un exemple classique du deux poids, deux mesures, une application sélective et discriminatoire des droits de l'homme contre un pays membre."

Bien que les résolutions de ce type ne soient en aucun cas légalement contraignantes, elles reflètent l'opinion publique mondiale. En l'occurrence, sur 193 pays, 134 ont voté pour, 9 contre et 28 se sont abstenus.

L'assemblée générale onusienne enjoint également le gouvernement du Myanmar à prendre des mesures urgentes pour lutter contre les incitations à la haine contre les Rohingyas, mais aussi contre les minorités de l'état du Rakhine, du Kachin et de Shan.

Mi-septembre, l'ONU déclarait que les 600 000 rohingyas musulmans vivant encore en Birmanie étaient sous la menace d'un génocide.

En parallèle, cette nouvelle résolution s'inquiète du sort des 744 000 réfugiés qui ont rejoint le Bangladesh depuis la vague de l'été 2017. Depuis le mois d’août 2019 , 3.500 d'entre eux sont autorisés à rentrer, mais aucun ne s'est présenté à la frontière, les conditions de leur retour - leur sécurité notamment - n'étant pas remplies.