DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Grève contre la réforme des retraites : que faut-il attendre des prochains jours ?

euronews_icons_loading
Grève contre la réforme des retraites : que faut-il attendre des prochains jours ?
Tous droits réservés  AP   -   David Vincent
Taille du texte Aa Aa

En attendant la reprise des négociations, les yeux sont tournés vers Emmanuel Macron, qui présente ses vœux aux Français mardi soir.

C'est une pagaille dans les transports qui ne voit toujours pas le bout du tunnel.

Alors qu'elle entame son 26ème jour, la grève contre la réforme des retraites est désormais plus longue que celle de 1995, souvent utilisée comme outil de comparaison.

Ce lundi, les transports restaient encore perturbés. 1 TGV sur 2 et 1 train régional sur 4 seulement étaient en circulation. Les voyageurs sont de plus en plus lassés par ce conflit social qui s'enlise.

Et pour certains, l'impact de ces perturbations sur la vie professionnelle ne fait désormais aucun doute. "Cela a contribué à ma décision de démissionner", confie même cet usager.

La suite du programme

Les prochains jours vont-ils permettre une sortie de crise ? La semaine prochaine, de nouvelles concertations sont prévues entre le gouvernement et les organisations syndicales et patronales, avant une 4ème journée de grande manifestations le 9 janvier.

Mais tous les yeux sont d'abord rivés sur Emmanuel Macron. Après avoir laissé son premier ministre Edouard Philippe en première ligne pendant plusieurs semaines, le président français prononcera ses traditionnels vœux aux Français mardi soir.

Fera-t-il pour autant des annonces de nature à calmer les contestataires ?

Si la CFDT, principal syndicat réformiste, évoquait avant Noël des discussions "constructives" avec Matignon, le ton se durcit avec la CGT. Son secrétaire général Philippe Martinez a accusé dimanche le gouvernement d'"organiser le bordel".

Des assouplissements au régime universel, pierre angulaire de la réforme, ont déjà été accordés à certaines professons.

Autre possibilité : un aménagement de l'âge pivot, qui suscite l'opposition unanime des syndicats.

Fermeté, ouverture, ou un peu des deux... Emmanuel Macron garde sans doute en tête la crise des gilets jaunes. Sa fermeté affichée lors de ses vœux le 31 décembre dernier n'avait guère entamé la détermination des manifestants les plus hostiles au gouvernement.