DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Funérailles du général Soleimani : marée humaine à Téhéran

euronews_icons_loading
Funérailles du général Soleimani : marée humaine à Téhéran
Tous droits réservés  AP Photo/Ebrahim Noroozi
Taille du texte Aa Aa

Funérailles spectaculaires pour Qassem Soleimani à Téhéran... Les rues de la capitale iranienne étaient noires de monde ce lundi pour accompagner le cercueil du général, chef de la force Al Qods, les opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, tué par un tir de drone vendredi dernier.

La télévision publique a parlé de millions de personnes, venues pleurer un leader militaire très populaire et respecté. Parmi elles, le guide suprême Ali Khamenei qui a présidé une prière aux morts devant le cercueil du général martyr.

Ce jeune homme déclare : "En tant qu'Iranien qui doit sa sécurité à des patriotes et à des gens courageux comme le général Soleimani, je me sens bouleversé de l'avoir perdu".

Dans la foule aussi, de nombreuses pancartes hostiles aux Etats-Unis et appelant à une riposte "dévastatrice" contre les Américains. officiellement, Téhéran promet une "riposte militaire" qui frappera "au bon endroit et au bon moment".

De son côté, Donald Trump continue de menacer et prévient que toute réplique iranienne sera sanctionnée à son tour par des représailles majeures, y compris contre "des sites culturels"iraniens.

"[Je veux que les autorités] lavent le sang avec du sang et se vengent de ce que les Américains ont fait", lance une jeune femme. "Sans aucun préalable, négociation ou compromis, le régime et les personnes qui le soutiennent devraient frapper fort les États-Unis et Israël."

Le président américain a aussi évoqué la possibilité d'imposer des sanctions "très fortes" à l'Irak après le vote dimanche par le Parlement à Bagdad d'une résolution demandant le départ des 5.200 militaires américains d'Irak.

Samedi, Washington avait menacé l'Iran de frapper 52 cibles différentes, ce à quoi Hassan Rohani, le président iranien, a répondu : "Ne menacez jamais la nation iranienne".

Réaction ou non à la mort du général Souleimani, l'Iran a annoncé se sentir désormais libre de tout engagement vis à vis de l'accord sur son dossier nucléaire. Pour le député iranien Mahmoud Sadeghi, la décision est une suite logique du retrait américain l'année dernière de l'accord international signé en 2015 : "L'Iran a franchi cette étape dans le cadre l'accord, car il nous permet de réduire nos engagements si les autres parties ne respectent pas les leurs".

Après les funérailles de Téhéran, le corps de Soleimani devait être emmené dans la ville chiite de Qum, avant d'être enterré ce mardi dans sa ville natale, Kerman.