PUBLICITÉ

Un député iranien met la tête du "satané" Trump à prix : 3 millions de dollars

Ahmad Hamzeh au Parlement iranien
Ahmad Hamzeh au Parlement iranien Tous droits réservés Icana news agencySeymat, Thomas
Tous droits réservés Icana news agency
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Bravade ou menace réelle ? Un député iranien a annoncé qu'il mettait à prix la tête du président américain Donald Trump. Récompense : 3 000 000 dollars.

PUBLICITÉ

Trois millions de dollars, c'est la somme d'argent qu'a annoncé vouloir verser Ahmad Hamzeh, un député iranien, à toute personne qui tuera le "satané Donald Trump."

L'élu, qui représente la ville de Kahnuj - dans la province de Kerman connue d'habitude pour ses pistaches - a annoncé cette mise à prix lors d'un discours ce mardi au Parlement iranien. "Je déclare de la part de tous les habitants de Kerman que nous sommes tous des soldats de Hajj Qassem [Soleimani] et que nous n'avons pas peur de mourir en martyrs" a déclaré le député selon l'agence de presse parlementaire iranienne Icana."Nous donnerons 3 millions de dollars à quiconque tuera ce satané Trump."

Nous n'avons pas peur de mourir en martyrs

La raison de cette déclaration lapidaire ? Kerman est la ville natale de Qassem Soleimani, le commandant de la Force Ql-Qods tué par un drone américain le 3 janvier en Irak. Lors des funérailles du général iranien, une bousculade à Kerman, la ville chef-lieu de la province du même nom, avait d'ailleurs fait 62 morts.

Ahmad Hamzeh a aussi menacé les Etats-Unis, ses bases militaires et ses ambassades dans la région : "Vous verrez que Qassem Soleimani est plus puissant en martyr que lorsqu’il était Haj Qassem Soleimani", a-t-il ainsi déclaré.

Alors qu'une relative désescalade avait eu lieu entre les Etats-Unis et le régime iranien, ce geste risque de réveiller les susceptibilités de la Maison-Blanche.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Funérailles du général Soleimani : marée humaine à Téhéran

Mort du général Soleimani : l'Iran joue la carte du nucléaire et Trump se dit de nouveau prêt à agir

Qassem Soleimani, l'homme le plus puissant du Moyen-Orient